L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Faire vacciner votre enfant ou non ? Nous vous aidons à choisir

23 décembre 2021
petite fille se faisant vacciner

Le gouvernement a récemment donné le feu vert à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans. Le choix appartient désormais aux parents. Mais il est essentiel pour cela de bien clairement en envisager les avantages et les inconvénients. Comme le gouvernement s’en est abstenu, nous les énumérons ici.

Une brochure doit informer les parents d’enfants de cinq à onze ans de la possibilité de faire vacciner leur enfant. Celle du gouvernement flamand présente déjà certaines choses sous un jour trop optimiste. Nous rectifions le tir. 

En savoir plus sur les vaccins corona? Voyez notre dossier détaillé

Consultez notre dossier vaccins corona

 

Avantages de santé limités

Les enfants ayant reçu un vaccin corona ont 91 % de chances en moins que les enfants non vaccinés de contracter une infection avec symptômes. Mais c’est jusqu’ici le seul avantage direct de santé identifié pour des enfants en bonne santé. En effet, chez les enfants, la contamination par le coronavirus est souvent asymptomatique, et le risque d’hospitalisation est très faible.

Moins de quarantaines et de confinements à la maison ?

Selon la brochure d’information du gouvernement flamand à l’intention des parents des 5-11 ans, la vaccination réduira les perturbations de la vie familiale, scolaire et de loisirs. Mais ce n’est pas certain. Ces décisions de mise en quarantaine sont en effet une décision politique, qui dépend de la circulation du virus à ce moment, de la charge supportée par le système hospitalier, des autres mesures déjà prises, etc. 

Impact sur la diffusion du virus encore incertain

La raison principale pour inciter les enfants à se faire vacciner est l’espoir de freiner la circulation du virus, et surtout sa propagation de l’enfant aux personnes plus âgées, que l’infection risque d’atteindre bien plus sévèrement. Mais on ignore encore dans quelle mesure la vaccination des enfants freine cette circulation, surtout pour le variant omicron. 

La brochure d’information du gouvernement flamand écrit malheureusement, sans nuance aucune : “Le vaccin protège toute personne avec qui l’enfant est en contact”. Cela aussi est bien trop optimiste. Sur base de ce que la vaccination des adultes et des adolescents nous a appris, on peut effet supposer que la vaccination des enfants réduit le risque de transmission du virus, mais on n’en est pas encore vraiment certain. 

Les effets secondaires disparaissent généralement d’eux-mêmes

Les effets secondaires à court terme sont généralement dus, comme chez les plus de 12 ans, à l’activation du système immunitaire : douleur, gonflement ou rougeur au niveau de la piqûre, fatigue, mal de tête, douleur musculaire, frissons, etc. En règle générale, ils sont légers ou moyens et disparaissent d’eux-mêmes au bout de quelques jours.  

Mais beaucoup de parents s’inquiètent des effets secondaires à long terme et des effets secondaires rares, à savoir l’inflammation du muscle cardiaque (myocardite) ou de l’enveloppe du cœur (péricardite). On ne dispose pas encore de données à ce propos pour les 5-11 ans. Sur base des premières données recueillies aux Etats-Unis, il semble cependant que le risque de ces effets secondaires soit plus faible pour les 5-11 ans que pour les enfants plus âgés, notamment parce que la dose de vaccin est trois fois plus faible.

Le gouvernement doit informer

Nous attendons du gouvernement qu’il apporte aux parents une information à leur mesure, plus objective et plus transparente sur tous les avantages et les inconvénients. C’est indispensable pour permettre aux parents de prendre d’importantes décisions en toute connaissance de cause. Nous espérons également que le gouvernement accentuera encore ses efforts pour convaincre les adultes non vaccinés, ce qui doit rester la priorité dans la lutte contre le coronavirus. Les scientifiques ont en effet calculé qu’un taux de vaccination de 90 % de la population adulte aurait le même effet sur les hospitalisations que la vaccination de 80 % des jeunes enfants.