L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Opinion

Les centres de bronzage sur le banc des accusés

27 mars 2017

« Aucun plan de bronzage, aucune information ou conseils inappropriés, les personnes aux peaux claires admises,… ». Une étude menée par Test-Achats montre à nouveau que de nombreux centres de bronzage ne respectent pas la loi et se moquent ainsi des risques pour la santé liés à l’usage d’un banc solaire. Test-Achats demande au Ministre Peeters de prendre des mesures urgentes pour améliorer la protection des consommateurs.

Augmente le risque de cancer

Le banc solaire augmente le risque de mélanome de 20 % et chaque année pas moins de 800 européens meurent des suites de l’utilisation d’un banc solaire. La connaissance des risques a conduit au fil des années à une législation plus stricte, tant au niveau national qu’européen. Mais dans la pratique, la santé des utilisateurs de bancs solaires semble encore trop souvent ne pas être aux centres des préoccupations. Les enquêteurs de Test-Achats ont visité, sous couvert de l’anonymat, 117 espaces qui proposent des bancs solaires. A côté des 57 centres de bronzage classiques, ont été aussi examinés : 14 centres automatisés, 29 instituts de beauté et 17 centres de fitness et wellness. Tout comme en 2001 et 2009, Test-Achats a soumis le secteur à une enquête approfondie. Les autorités organisent également des contrôles annuels sur un échantillon de centres de bronzage. Il y a une constante : peu de centres sont en conformité avec la loi.

Peaux claires admises

Deux des sept enquêteurs de Test-Achats avaient un type de peau ou phototype 1, ce qui veut dire que ce sont des personnes qui ont une peau très claire qui brûle vite et ont souvent des cheveux blonds ou roux et les yeux bleus. La loi interdit à ces personnes l’accès aux bancs solaires. Pourtant, ils ont pu profiter sans problème d’une séance de banc solaire dans 36 des 40 centres visités.

Peu d’information ou de mauvais conseils

Un tiers des centres testés fournit pas ou peu d’information sur l’augmentation du risque de cancer de la peau. En revanche, les prétendus bienfaits des rayons UV comme « le banc solaire prépare la peau au soleil » sont régulièrement mis en avant. L’utilisateur d’un banc solaire doit en outre recevoir obligatoirement un schéma d’exposition qui reprend la durée maximale des séances par type de peau, en tenant compte des caractéristiques du banc solaire et des lampes. L’objectif est de minimaliser le rayonnement UV. Un tiers des centres testés ne fournit pas ces schémas, violant ainsi la loi. Certains centres ont laissé les enquêteurs de Test-Achats pour une séance plus longue sous le banc solaire que ce qui est normalement autorisé, tandis que d’autres centres acceptent sans problème que les enquêteurs reviennent tous les jours. Il est cependant obligatoire d’attendre 48 h entre la première et la deuxième séance.

Peut beaucoup mieux faire

Un ensemble de mesures est nécessaire pour améliorer la protection des consommateurs lors de l’utilisation de bancs solaires. Il y a plus d’un an, Test-Achats avait déjà remis - avec d’autres organisations telles que la Fondation contre le Cancer, Kom op Tegen Kanker, les mutuelles et les dermatologues (Alliantie tegen huidkanker) - une position aux Ministres Peeters et De Block. L’association de consommateurs demande que les ministres mettent en place d’urgence les exigences énumérées dans cette note. Ainsi, chaque centre devrait être contrôlé avant son ouverture et ensuite à l’improviste tous les deux ans, dit-on chez Test-Achats. Ces résultats devraient également être rendus publics. Le financement de ce système pourrait être réglé par les autorités via une contribution des centres eux-mêmes. En tous points, les inspections doivent être effectuées par les autorités, pas par le secteur lui-même, comme cela est actuellement le cas.

Les centres de bronzage automatisés devraient en outre être interdits puisque l’accompagnement et la surveillance sont nettement moins garantis que dans les centres classiques. Les résultats de Test-Achats montrent même que dans un centre automatisé sur deux il n’y a pas de système d’urgence.
 
Enfin, l’association de consommateurs prône pour l’interdiction des allégations sur les bienfaits de l’utilisation d’un banc solaire, ainsi que la mise en place d’avertissements clairs sur les effets cancérigènes.
 
Les résultats des visites d’inspection de Test-Achats sont consultables sur www.test-achats.be/enquetesolarium.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.