Communiqué

45 % des parents d’enfants de moins de 12 ans prêts à faire vacciner leur enfant, selon un sondage de Test Achats

01 décembre 2021

Dans un contexte d'augmentation des taux d'infection par le covid et de débats animés sur la vaccination obligatoire, Test Achats publie les résultats d’un sondage sur les opinions et les attentes des belges en matière de vaccins contre le covid. Il en ressort qu’une majorité de belges (59 %) est favorable à la vaccination obligatoire de tous les adultes. Ce pourcentage descend à 46% pour les mineurs de 12 à 17 et à 37 % pour ceux de moins de 12 ans. 45 % des répondants qui sont parents d’enfants de moins de 12 ans se disent néanmoins prêts à faire vacciner leur enfant - si un vaccin était approuvé et disponible pour cette catégorie d’âge. Le CST reste un outil controversé au sein du public belge: seuls 36 % des répondants jugent qu’il est utile pour lutter contre la propagation du virus.

Test Achats a mené un sondage auprès d’un échantillon représentatif de plus de 1000 belges du 8 au 15 novembre sur leurs opinions en matière de vaccination obligatoire, de CST, de négociations des contrats de vaccins, de l’impact de la crise sur leur qualité de vie, etc.

La majorité des belges favorable à la vaccination obligatoire des adultes

Le débat autour d’une éventuelle vaccination obligatoire fait rage en Belgique. Celle du personnel soignant semble acquise, malgré les réticences exprimées par certains. Le sondage de Test Achats montre que 66 % des belges sont favorables à l’obligation vaccinale du personnel soignant. Les néerlandophones (70 %) se montrent plus favorables à cette obligation que les francophones (61 %).

Une majorité des sondés (59%) se prononce également en faveur d’une obligation vaccinale pour le personnel scolaire et pour le personnel des administrations publiques travaillant en contact direct avec le public (60 %). Plus globalement, 59 % des belges sont favorables à une obligation vaccinale pour tous les adultes.

En revanche, l'idée de rendre la vaccination obligatoire pour les mineurs semble moins consensuelle : seuls 46% des répondants sont d'accord de rendre la vaccination obligatoire pour les 12 à 17 ans et 37 % pour les mineurs de moins de 12 ans. Néanmoins, à la question de savoir s'ils seraient prêts à vacciner leur enfant si le vaccin contre le covid est approuvé par les enfants de moins de 12 ans, prèsde la moitié des parents de ces enfants (45 %) ont répondu qu'ils le feraient.

Accès mondial aux vaccins

Il est intéressant de noter que près de 60 % des personnes interrogées se disent préoccupées par la pénurie de vaccins et de tests dans les pays en développement. Cette préoccupation est d’autant plus pertinente depuis la découverte, postérieure à la réalisation du sondage, du variant Omicron. Test Achats réitère son appel aux dirigeants européens pour qu'ils lèvent enfin les droits de propriété intellectuelle les vaccins et dispositifs médicaux contre les coronavirus. “Notre sondage montre que les citoyens européens sont bien conscients que personne n'est en sécurité tant que tout le monde ne l'est pas. Il est urgent que nos responsables politiques entendent et concrétisent cet appel” déclare Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

 

Besoin de plus de transparence

Dans l'ensemble, les consommateurs semblent avoir une perception plutôt négative de la gestion par l’UE des achats de vaccins contre le covid-19. Seuls 20 % des consommateurs pensent que le processus d'achat des vaccins covid-19 a été bien géré par l'UE.  Une fois encore, il apparaît évident qu'une plus grande transparence est nécessaire, car elle est absolument cruciale pour garantir la confiance des consommateurs et des citoyens. Dans l'enquête, 44% des répondants ont déclaré que les négociations entre l'UE et les entreprises pharmaceutiques auraient dû être plus transparentes, ce que Test Achats réclame depuis longtemps.

 

Un CST controversé

Alors que la majorité des belges se dit favorable à la vaccination obligatoire de tous les adultes, seuls 43 % des sondés sont favorables à des restrictions pour les personnes ne disposant pas d’un CST. Par ailleurs, seuls 36% des sondés estiment que le CST est utile pour lutter contre la propagation du virus. Près de la moitié (49 %) estiment toutefois que le CST a encouragé certaines personnes à se faire vacciner. On le voit, les opinions des belges au sujet de cet instrument sur le territoire belge sont mitigées.

 

Impact de la crise sur la qualité de vie

Alors que l’inflation atteint 5,65 %, son niveau le plus élevé depuis 2008, 1 belge sur 4 déclare que la crise sanitaire a eu un impact financier majeur sur sa situation financière. 

 

L’organisation alerte enfin sur ces chiffres inquiétants : plus d’un belge sur 5 déclare que la crise sanitaire a eu un impact majeur sur sa santé mentale, et 18 % des sondés ont un membre de leur famille ayant dû reporter ou annuler une intervention médicale importante en raison de la pandémie.

 

La présente publication a vu le jour grâce au soutien financier de l’Open Society Foundations.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.