Communiqué

La Ligue des familles, Test Achats, le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté et la Fapeo réclament des autotests gratuits pour les enfants

07 janvier 2022

Les pouvoirs publics recommandent de faire passer un autotest à chaque enfant chaque semaine. Des tests que les familles, même les plus précarisées, vont devoir payer de leur poche. Pour la Ligue des familles, Test Achats, (le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté et la Fapeo), les gouvernements doivent assumer leur stratégie de testing jusqu’au bout: s’ils recommandent vivement les autotests, ils doivent les mettre gratuitement à disposition.

Hier le Comité de concertation a appelé les parents « à tester leurs enfants à l’aide d’autotests autant que possible. » Suite à la Conférence interministérielle Santé de ce mardi, les ministres de la Santé et de l’Education avaient plus précisément recommandé « vivement » aux parents « de faire passer un autotest à leurs enfants d'âge scolaire à partir du dimanche 9 janvier et de répéter cette démarche une fois par semaine ». En parallèle de cette annonce, ils n’ont toutefois pris aucune mesure visant à rendre ces autotests plus accessibles financièrement.

 

Une charge financière qui pèse sur les épaules des familles

Un autotest coûte entre 3€ et 8€. Pour une famille avec deux enfants, suivre la recommandation des autorités coûte donc entre 24€ et 64€ par mois. Un coût très conséquent que toutes les familles ne sont pas en mesure de supporter. Les bénéficiaires de l’intervention majorée ont, quant à eux droit à des tests à 1€ - tester deux enfants chaque semaine leur coût donc 8€ par mois. Mais de nombreuses familles ont un revenu à peine supérieur aux plafonds et ne sont pourtant pas en mesure de payer le prix plein. Par ailleurs, pour les familles les plus précarisées, 8€, c’est l’équivalent de plusieurs repas.

En l’état actuel des choses, il semble illusoire de penser que les familles, malgré toute leur bonne volonté, seront en mesure de faire tester leurs enfants chaque semaine comme recommandé. Pour la Ligue des familles, Test Achats, le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté et la Fapeo, les autorités n’ont pas à faire reposer le financement de la nouvelle stratégie de testing sur les ménages déjà lourdement impactés par la crise. Ce coût vient en effet s’ajouter à ceux des masques, gels hydroalcooliques, etc. dont Test Achats avait déjà calculé au mois de juin dernier qu’il pouvait largement dépasser 40€ par mois.

 

Comme dans les pays qui nous entourent, des tests gratuits pour les élèves

En France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suisse, avec des modalités qui varient parfois selon les régions, les élèves reçoivent des autotests gratuitement. Des méthodes de testing non invasives et plus faciles à utiliser par les enfants, comme la sucette PCR (goupillon à sucer pendant 30 secondes), y sont aussi développées. La Ligue des familles, Test Achats, le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté et la Fapeo demandent aux gouvernements de se donner les moyens de leur politique et de mettre à disposition gratuitement un autotest par semaine pour chaque élève.

Au minimum, les organisations demandent au gouvernement d’agir afin de faire baisser les prix des autotests belges bien, plus chers que ceux qu’on peut trouver chez nos voisins. A titre d’exemple, en France, où un prix maximum de 5,2€ a été fixé, on peut déjà trouver des autotests à 1,2€ par pièce.

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.