Le changement d'heure influence-t-il notre sommeil ?

Depuis plusieurs décennies, nous changeons d'heure deux fois par an : recul en automne pour passer à l'heure d'hiver, et avance d'une heure au printemps pour passer à l'heure d'été. Ces changements d'heure affectent-ils notre sommeil ? Ont-ils des conséquences à long terme ? Et qu'est-ce qui est le mieux pour notre rythme biologique : l'heure d'été permanente ou l'heure d'hiver ? 

24 mars 2021
Mythes et réalités
Le changement d'heure influence-t-il notre sommeil ?

Lorsque le changement d'heure fut introduit dans les années 1970, les raisons en étaient purement économiques. Depuis que la question de son abolition est sur la table, on examine surtout cet aspect économique de l'Histoire. Pourtant, l'impact du changement d'heure sur l'organisme ne doit pas être sous-estimé.

A la question de l'effet de ce changement d'heure sur la santé, la réponse n'est pas la même pour tout le monde, vu que nous ne sommes pas identiques. A côté des gens du matin et de ceux du soir, il y a aussi ceux qui sont entre les deux (de l'après-midi, les siesteurs, etc.). Il existe également des différences en termes d'adaptabilité : certaines personnes doivent se lever à la même heure tous les jours, faute de quoi elles ne se sentent pas suffisamment reposées, alors que la régularité n'a guère d'importance pour d'autres. Ces différences expliquent pourquoi certaines personnes mettent plusieurs jours àpour se remettre du changement d'heure, alors que pour d'autres, cela passe comme une lettre à la poste. Le changement d'heure vous obsède ? Jetez donc un coup d'œil à nos conseils pour mieux dormir.

Des risques pour la santé ?

Pour beaucoup, le problème du passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver (et vice versa) ne tient pas seulement à l'heure de sommeil perdue ou gagnée. Les personnes qui y sont sensibles peuvent se sentir somnolentes en journée pendant quelques jours, un peu irritables ou moins concentrées. On entend parfois les opposants au changement d'heure citer des études médicales qui montrent que le risque d'infarctus est 10 % plus élevé lorsqu'on change d'heure. Le risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et de cancer augmenterait également. Des études indiquent aussi un risque accru de suicide et d'accidents sur la route.

Il est toutefois important de noter que les scientifiques ne sont pas d'accord sur l'interprétation des résultats de ces études. Si elles montrent un lien, elles ne prouvent pas qu'il s'agit d'une relation de cause à effet. Il n'est donc pas certain que le risque accru de maladies et d'accidents soit spécifiquement dû au changement d'heure. Il n'y a donc pas d'arguments médicaux solides pour abolir le changement d'heure.

Heure d'été ou plutôt heure d'hiver en permanence ?

En 2019, l'Europe a voté pour la suppression du changement d'heure. Le moment exact où cela se produira et la question de savoir si nous passerons définitivement à l'heure d'été ou à l'heure d'hiver n'ont pas encore été tranchés.

Bien que le terme «heure d'été» puisse sembler séduisant à de nombreuses personnes, le choix d'une heure d'été permanente serait déjà peu judicieux selon les experts du sommeil. Avec l'heure d'été permanente, l'horloge s'écarte de deux heures de notre horloge biologique tout au long de l'année. Si nous optons pour cette solution, le soleil ne se lèvera avant 7 h du matin que pendant 4 mois de l'année, alors qu'avec l'heure d'hiver en permanence, ce sera pendant environ 7 mois de l'année.

De plus, pendant les courtes journées d'hiver, la première lumière du jour - nécessaire au maintien de notre horloge biologique - ne serait visible que vers 9h30. Or, à ce moment-là, de nombreuses personnes sont déjà à l'école ou au bureau, et ne sont donc pas directement exposées à la lumière du jour. Le corps ne recevrait pas ce signal important pour maintenir son horloge biologique, ou seulement très tard dans la journée. À long terme, cela pourrait entraîner des problèmes de santé. L'horloge biologique déréglée pourrait avoir des conséquences sur la qualité de sommeil et d'éveil, se traduisant par des nuits plus courtes, un sommeil de moins bonne qualité, plus de fatigue et des problèmes d'humeur. Le 'blues de l'hiver', que certains d'entre nous éprouvent déjà chaque année, pourrait durer plus longtemps.

Selon les experts en sommeil, pour la plupart des habitants de l'hémisphère nord, l'heure d'hiver est mieux adaptée à notre rythme naturel, que nous devrions respecter autant que possible. La majorité des gens doivent se lever entre six et huit heures du matin. Idéalement, il serait donc préférable d'avoir un maximum de lumière toute l'année. C'est vrai pour la plupart des gens, mais évidemment moins pour ceux qui travaillent le soir ou la nuit. Vous l'aurez compris, il n'existe pas de solution unique qui puisse convenir à tout le monde...