Peut-on éviter les cauchemars ?

Un rituel du soir, calme, peut permettre d'éviter les cauchemars. Toutefois, si vous souffrez fréquemment de cauchemars, il est conseillé d'en parler à votre médecin. Il pourra voir avec vous si une thérapie cognitivo-comportementale ne pourrait pas résoudre le problème. 

19 mars 2021
Conseils pour mieux dormir
Peut-on éviter les cauchemars ? dossier sommeil test achats

Tout le monde cauchemarde de temps en temps. On a tous déjà fait un mauvais rêve qui nous a réveillé en sursaut. Comme les rêves, les cauchemars se produisent principalement (mais pas exclusivement) pendant le sommeil paradoxal, et surtout en seconde partie de nuit. Ils sont toujours accompagnés de sentiments négatifs, comme une peur ou une tristesse intenses. On retient généralement bien ses cauchemars. Leurs scénarii sont la plupart du temps très réalistes. Il s'agit souvent d'événements menaçants ou angoissants, comme une poursuite ou un deuil. Ces cauchemars surviennent parfois en réaction à des événements majeurs de la vie. 

Un cercle vicieux

Les cauchemars sont évidemment susceptibles de perturber le sommeil. S'ils ne sont que ponctuels, le corps compensera automatiquement la mauvaise nuit lors de la suivante. Hélas, dans 2 à 5 % des cas, les cauchemars sont si fréquents et les sensations si intenses, qu'ils perturbent le sommeil. Ils peuvent même avoir un effet négatif sur le fonctionnement en journée.

Des cauchemars à répétition incitent aussi souvent à adopter d'autres habitudes, qui vont à leur tour entraver la qualité du sommeil (retarder le coucher, laisser la lumière allumée, dormir sur le canapé). Le fait de se remémorer ses cauchemars peut également déclencher des sentiments négatifs comme de l'anxiété et du stress. Du coup, on dort à la fois moins longtemps et moins bien. Et pendant la journée, bonjour la fatigue, les difficultés de concentration, les sautes d'humeur ou les accès d'anxiété.

Un rituel du soir, calme et apaisant, peut aider à prévenir les cauchemars. S'ils se répètent et sont particulièrement désagréables au point de perturber le sommeil, mieux vaut contacter votre médecin. Il évaluera s'il est approprié de vous adresser à un psychologue pour une thérapie cognitivo-comportementale. Cela peut aider à résoudre le problème.