Quels sont les inconvénients, voire les dangers des somnifères ?

Les somnifères ne soulagent les symptômes d'insomnie que temporairement. Ils perdent de leur efficacité après un certain temps, poussant l’usager à augmenter la dose pour obtenir le même effet. Ils peuvent aussi avoir des effets secondaires non négligeables.

19 mars 2021
Somnifères et compléments alimentaires
Quels sont les inconvénients, voire les dangers des somnifères ? dossier sommeil test achats

Au début du traitement, des symptômes tels que de la somnolence, une fatigue diurne, des maux de tête, des vertiges, une réduction du temps de réaction et des problèmes de concentration (attention en cas de conduite d'un véhicule) et de mémoire peuvent apparaître. Chez les personnes âgées, la prise de somnifères peut également accroître le risque accru de chutes.

Parmi les autres effets secondaires :

  • De la confusion, en particulier chez les personnes âgées ;
  • Une irritabilité et de l'anxiété ;
  • De l'agressivité, voire des accès de colère.

Il est évidemment préférable de consulter son médecin en cas d’effets secondaires. Ceux-ci peuvent également se produire ou s’aggraver si l’on utilise différents types de somnifères ou sédatifs, et/ou si on les associe à de l’alcool ou à d’autres drogues.

Un risque de dépendance

L'utilisation prolongée de somnifères et de sédatifs, de même que des doses trop élevées, peuvent induire une accoutumance et une dépendance psychologique et physique. Et ce, même après une à deux semaines seulement d’utilisation. L’usager se convainc rapidement qu’il ne peut pas gérer la situation sans ses médicaments, et il devient donc de plus en plus difficile pour lui d'arrêter. Par ailleurs, les somnifères perdent de leur efficacité après un certain temps, il est tentant d’augmenter le dosage pour obtenir l’effet attendu.

Le risque de dépendance est réellement élevé. D’autant plus que des symptômes de sevrage apparaissent lorsqu’on arrête ces médicaments. C’est pour toutes ces raisons que les recommandations scientifiques insistent sur le fait de n’en prendre que peu de temps et à faible dose. Hélas, il n’est pas rare de prendre ces médicaments pendant des mois, voire des années. Et ce, sans finalement jamais régler la cause première et réelle des insomnies.