Nyrstar BE0974294267

Alertes
Ajouter au portefeuille
6,745 EUR 19/01/2018 17:35 Bruxelles
0,09 EUR (1,28 %) Variation depuis la dernière clôture
4,800 7,890  52 semaines min max
-8,68 % Rendement sur 1 an
0,00 % Rendement de dividende
Tous les détails

Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    Nyrstar lance une augmentation de capital il y a 2 mois - mardi 21 novembre 2017
    C’est une bouffée d’oxygène.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Nyrstar sera à nouveau bénéficiaire en 2018 il y a 2 mois - jeudi 9 novembre 2017
    Le résultat trimestriel a rebondi et la tendance va se poursuivre. Faut-il acheter ?

    Non. Certes, le 3e trimestre a bien profité de la hausse des prix du zinc et de la meilleure exploitation minière. Et le site de Port Pirie va commencer à contribuer au résultat. 2018 devrait donc renouer avec le bénéfice, après six années dans le rouge. Mais la dette restant inquiétante, le risque du titre est élevé.
    Restez prudents. N’achetez pas. Mais conservez.

    Heurs et malheurs

    Le groupe Nyrstar est le n°2 mondial du raffinage du zinc. Il possède sept sites de traitement dans divers endroits du monde. Sa part de marché est de 7,5% (secteur très fragmenté). En 2009 et 2010, il s’est lancé dans une coûteuse stratégie d’intégration, en acquérant des mines de zinc au prix fort. Par la suite, vu la faiblesse des prix du zinc, cela lui a causé de graves difficultés. Pour assurer sa survie, il a dû céder cinq mines sur neuf et consentir trois augmentations de capital (en 2011, 2014 et 2016).

    Troisième trimestre 2017 solide

    Le résultat du 3e trimestre a rebondi. Et ce bien que, par rapport à un plus tôt, les tarifs pratiqués pour le raffinage du zinc aient baissé de 15%, bien que le dollar ait perdu 4% en moyenne, et bien que le groupe se fût couvert auparavant contre les fluctuations du prix du zinc (pour 70% de ses ventes). L’EBITDA a gagné 70% par rapport à un an plus tôt; sur les 9 premiers mois de 2017, il gagne 35% (conforme aux attentes). Sur le trimestre, dans le raffinage, il gagne 15% (aidé par la hausse de 1% des quantités traitées). Dans les mines, à nouveau stratégiques, il est multiplié par 9 ! Comme prévu, le résultat a profité de la forte hausse du prix moyen du zinc (+31% en USD) et de la croissance de l’exploitation des mines (notamment le redémarrage de celles d’Amérique du Nord, arrêtées en 2015, faute de rentabilité).

    Prix du zinc soutenu

    Certes, le groupe n’est pas actif que dans le zinc. Il raffine aussi du plomb et ses mines produisent du cuivre, de l’argent, de l’or… Mais ce sont les quantités de zinc extraites et traitées, ainsi que le prix du zinc, qui sont essentiels. Car le zinc génère ±75% du bénéfice de l’activité raffinage et ±90% de celui des mines. La demande de zinc (utilisé surtout pour galvaniser l’acier) provient pour 75% des secteurs de la construction et du transport. Elle dépend donc fortement de la santé économique (laquelle s’améliore un peu partout dans le monde). En 2016, à l’échelle mondiale, la production a été insuffisante, suite à l’extinction de diverses mines et à l’arrêt de l’exploitation d’une série d’autres, faute de rentabilité. Du coup, depuis début 2016, les prix du zinc ont plus que doublé. A tel point qu’ils incitent les miniers à remettre peu à peu en route les exploitations mises en veille. L’offre pourrait ainsi à nouveau dépasser la demande cette année. Mais, vu que les stocks mondiaux de zinc raffiné sont très faibles et qu’il faut les reconstituer, cela ne devrait pas peser significativement sur les prix avant deux ans.

    Foi dans l’avenir

    Dans le raffinage, cette année, vu qu’il y avait peu de concentré de zinc disponible à raffiner, au moment de négocier les tarifs facturés par les raffineurs aux mines, les mines ont obtenu des prix avantageux pour elles. Les raffineurs ont ainsi vu baisser de 15% les tarifs qu’ils facturent. Mais nous n’at tendons pas de nouveau recul en 2018 (vu la hausse prévue du concentré disponible). La rentabilité du raffinage reste prometteuse (de 2016 à 2020, les volumes traités auront grimpé de 20% et des réductions de coûts sont prévues).

    L’activité des mines redevient stratégique. Les mines ne sont plus à vendre. Au 3e trimestre, la production de concentrés de zinc issue des 4 mines encore détenues par Nyrstar a atteint 34 000 tonnes (+55%; +22% sur les 9 premiers mois de 2017). Sur l’ensemble de 2017, on devrait atteindre 125 000 tonnes. Pour 2020, l’objectif est 200 000 tonnes. En 2018, au moins 50% de la hausse de l’EBITDA proviendra des mines (hausse des volumes de ±35%, hausse du prix moyen encaissé sur la vente de zinc).

    Enfin, il n’y a pas de retard dans la reconversion du site australien de Port Pirie (en unité de recyclage polymétallique). Une première production rassurante a eu lieu en octobre. Une première contribution à l’EBITDA est prévue en 2018. En 2020, l’objectif est de générer 130 millions d’euros d’EBITDA (±25% du total à ce moment).

    Sur base d’hypothèses prudentes (repli progressif du prix du zinc, stabilisation puis légère hausse des tarifs de raffinage), nous attendons un bénéfice par action 2018 de 0,75 EUR et au moins le double en 2020.

    La dette reste inquiétante

    Depuis l’achat de ses mines, Nyrstar traîne une énorme dette. Elle s’est encore alourdie de 32% en 2017. A la fin de l’année, elle devrait avoisiner 3 fois les fonds propres. Certes, à présent, les liquidités générées devraient permettre de la réduire. Mais même sans aucun contretemps, il faudra au moins trois ans pour retrouver un bilan plus sain. Aussi, même si le retour à la rentabilité rend le titre intéressant, restez prudents.

    Cours au moment de l'analyse : 7,42 EUR

    Partagez cet article

  • Analyse
    Nyrstar continue à rééchelonner sa dette il y a 4 mois - mardi 12 septembre 2017
    Le groupe lancera prochainement une nouvelle obligation.

    L'action est correctement évaluée.
    CONSERVEZ.

    Le groupe belge, leader mondial du traitement du zinc, travaille au rééchelonnement de sa dette toujours beaucoup trop lourde. Il lancera ainsi prochainement une nouvelle obligation destinée à faire face à une dette arrivant à échéance en 2018 et à ainsi en postposer le remboursement à 2024. Une opération qui coûtera cher, mais aussi indispensable.

    En attendant, la hausse des prix du zinc se poursuit, ce qui est de bon augure pour le 2e semestre qui pourrait être marqué par un retour aux bénéfices pour le groupe.

    Cours au moment de l'analyse : 6,34 EUR

    Le groupe belge Nyrstar est le leader mondial du traitement du Zinc (fonderie et alliages) avec une part de marché de 8% (dans un secteur encore très fragmenté). Nyrstar est une société en pleine transition. Elle cherche aujourd’hui à se séparer de ses mines, un gouffre financier dans lequel elle a massivement investit à la fin de la dernière décennie. L’endettement élevé du groupe et la difficulté à estimer justement les actifs miniers encore à vendre en font une action à haut risque (malgré des prix du zinc enfin mieux orientés depuis début 2016).

    Partagez cet article

  • Analyse
    Nyrstar a publié un résultat semestriel conforme aux attentes il y a 5 mois - jeudi 3 août 2017
    Si le groupe a subi quelques vents contraires au premier semestre, la hausse des prix du zinc a permis de réduire ses pertes.

    Même si nous n’excluons pas un petit retour au bénéfice au second semestre, sur l’ensemble de 2017, nous prévoyons une perte de 0,10 EUR par action; Nyrstar clôturera encore 2017 dans le rouge, pour la sixième fois consécutive.
    On voit le bout du tunnel mais le titre reste très risqué.
    CONSERVEZ.

    Transition

    Leader mondial du traitement du zinc (fonderie, alliages), avec une part de marché de 8% (secteur très fragmenté), le groupe Nyrstar est en transition. Il se sépare de ses mines, un gouffre financier dans lequel il a investi à la fin de la dernière décennie. La lourde dette du groupe et la difficulté à estimer nettement les actifs miniers encore en portefeuille (et que le groupe estime à présent moins urgent de vendre) en font un titre très risqué (bien que le prix du zinc soit mieux orienté depuis début 2016).

    Perte persistante mais réduite

    Le 1er semestre clôture encore sur une perte (0,22 EUR par action). C’est toutefois nettement moins qu’un an plus tôt (2,98 EUR). Le bénéfice opérationnel avant amortissements a profité de la hausse des prix du zinc (+50% en moyenne) et a ainsi gagné 23% (sur base comparable).

    Dans l’activité raffinage, la hausse des prix du zinc a permis de compenser la baisse des tarifs de traitement et de de raffinage (-15% suite aux surcapacités persistantes du secteur). Alors que les volumes traités n’ont gagné que 2%, le bénéfice opérationnel avant amortissements y a grimpé de 13%. Mais cet effet positif ne se fera sans doute pas sentir sur l’ensemble de l’exercice et la baisse du dollar va maintenant jouer contre le groupe.

    Dans les mines, qui génèrent maintenant 10% du bénéfice opérationnel avant amortissements (contre une contribution quasi nulle il y a à un an), le second semestre sera plus soutenu. A partir de novembre, les mines américaines tourneront à plein régime et la mine de Myra Falls (Canada) commence à reprendre sa production.

    Port Pirie

    L’important projet de reconversion de la fonderie australienne de Port Pirie suit son cours (après quelques réévaluations du nouveau CEO début 2017). Ses objectifs de rentabilité sont confirmés. Son succès sera déterminant pour permettre ces prochaines années une réduction de la dette du groupe (beaucoup trop élevée).

    Cours au moment de l’analyse : 5,68 EUR

    Partagez cet article

  • Analyse
    Nyrstar a signé un contrat d'assistance avec Glencore il y a 7 mois - vendredi 23 juin 2017
    Glencore a de l'expérience dans ce segment.

    L'action est correctement évaluée.
    CONSERVEZ.

     

    Nyrstar a signé un contrat avec Glencore, qui l’assistera dans la mise en service progressive de son unité de recyclage de Port Pirie (à partir de septembre). Glencore exploite déjà un telle unité depuis 2012 au Kazakhstan (où le nouveau CEO de Nyrstar avait travaillé). De quoi rassurer les investisseurs sur la mise en œuvre du projet Port Pirie, hautement stratégique.

     

    Cours au moment de l'analyse : 5,20 EUR

     

    Le groupe belge Nyrstar est le leader mondial du traitement du Zinc (fonderie et alliages) avec une part de marché de 8% (dans un secteur encore très fragmenté). Nyrstar est une société en pleine transition. Elle cherche aujourd’hui à se séparer de ses mines, un gouffre financier dans lequel elle a massivement investit à la fin de la dernière décennie. L’endettement élevé du groupe et la difficulté à estimer justement les actifs miniers encore à vendre en font une action à haut risque (malgré des prix du zinc enfin mieux orientés depuis début 2016).

     

     

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 7,890 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 4,800 EUR
Code ISIN BE0974294267
Bourse Bruxelles
Euronext oui
Bêta 1,58
Volatilité 47,33 %
Nombre d'actions existantes 93.648.880
Capitalisation boursière (en milliards) 0,62 EUR
Secteur Sidérurgie, non-ferreux, mines
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 2.538 EUR
Score corporate governance 6

Chiffres-clés par action (EUR)

2018 (e) 2017 (e) 2016 2015
Dividende 0,00 0,00 0,00 0,00
Bénéfice courant 0,63 -1,12 -4,72 -11,87
Bénéfice net 0,63 -1,12 -4,72 -7,58
Cash flow courant 2,51 0,82 0,87 -7,46
Cash flow net 2,51 0,82 0,68 -3,17
EBIT 1,83 0,54 -1,58 -9,85
EBITDA 3,71 2,48 3,82 -5,44
Valeur comptable 5,93 5,30 5,81 11,29
Valeur comptable tangible 5,93 5,30 5,81 11,29

Performance (en euros)

Nyrstar Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 1,35 % 1,83 % 5,11 %
Rendement sur 6 mois 21,13 % 4,22 % 7,59 %
Rendement sur 1 an -8,68 % 9,82 % 7,60 %
Rendement sur 5 ans -19,47 % 6,80 % 15,38 %

Ratios financiers de la société

2017 (e) 2016 2015 2014
Pay out - - - -
Current ratio - 0,75 0,70 1,14
Return on equity - -73,14 % -105,14 % -35,99 %
Total return on equity - -76,08 % -67,11 % -30,00 %
Marge brute - 35,66 % 42,55 % 46,19 %
Marge nette - -14,94 % -13,76 % -10,24 %
Marge EBIT - -5,00 % -17,88 % -8,46 %
Marge EBITDA - 12,11 % -9,88 % 9,85 %
Taux d'imposition - - - -
Gearing - 159,02 118,26 45,88
Fonds propres/total du bilan - 17,35 % 21,35 % 26,65 %

Données boursières par action

2018 (e) 2017 (e)
Rendement de dividende 0,00 % 0,00 %
Cours/bénéfice courant 10,57 -
Cours/cash flow courant 2,65 8,12
Cours/valeur comptable 1,12 1,26
Cours/valeur comptable tangible 1,12 1,26
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 5,77 % -

(e) : estimation

×
Dites-nous ce que vous pensez
nyrstar
Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer