Sainsbury (J)

GB00B019KW72
Alertes
Ajouter au portefeuille
305,80 GBp 16/11/2018 18:04 Londres
-0,70 GBp (-0,23 %) Variation depuis la dernière clôture
224,80 341,50  52 semaines min max
42,98 % Rendement sur 1 an
3,56 % Rendement de dividende
Tous les détails
Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    Le chiffre d’affaires semestriel de Sainsbury a augmenté il y a 6 jours - lundi 12 novembre 2018
    Le groupe confirme le montant de son dividende.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    La croissance des ventes de Sainsbury ralentit il y a 4 mois - vendredi 6 juillet 2018
    Avec le rachat d’Argos et sa fusion avec Asda, le groupe tente de faire front à une concurrence toujours plus acerbe.

    La démarche est louable mais il faudra du temps pour en ressentir les effets.
    VENDEZ.

    Au 1er trimestre de l’exercice en cours (clôture annuelle en mars), le chiffre d’affaires a crû de 0,8% (hors vente de carburants et hors impact de la cession de l’activité pharmacie). La hausse dans les magasins existants se limite à 0,2%. Et la part de marché s’est un peu contractée (à 15,6%). Ce ralentissement de croissance par rapport aux précédents trimestres est dû, selon le groupe, à des baisses de prix de vente, sous l’effet de la concurrence (Lidl et Aldi, e.a., gagnent toujours des parts de marché). Dans la vente de vêtements, la hausse est de 0,8% et dans le non-food de 1,7% (pour tous deux : mieux que le marché); dans l’alimentation, elle se limite à 0,5%, dans la vente en ligne, elle atteint 7,3%, dans les magasins de proximité 3,2%. Le groupe dit respecter ses prévisions de baisses de coûts (200 millions de livres cette année, 500 d’ici 2020-21). Et il a bouclé le financement (pour 3,5 milliards de livres) de sa fusion (annoncée fin avril) avec Asda (filiale de Walmart, 3e chaîne de supermarchés britannique). Ensemble, les deux groupes raviront la place de leader à Tesco. L’opération fait l’objet d’un examen des autorités de la concurrence. Pour l’exercice en cours (sans Asda), nous misons sur un bénéfice par action de 18,04 pence.

    Cours au moment de l'analyse : 326,50 pence

    Sainsbury est la deuxième chaîne de supermarchés du Royaume-Uni. Elle détient une part de marché de presque 16% et environ 1 400 magasins, dans le plus haut segment du marché. Elle dispose en outre de ±850 points de vente d’articles non-food (Argos). Sainsbury est aussi active dans la vente par internet et dans les services financiers (e.a. via Sainsbury’s Bank) et elle détient un important portefeuille immobilier. Le groupe est engagé dans une fusion avec Asda, la troisième chaîne de supermarchés briatnnique.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Sainsbury s’offre Asda, filiale du géant américain de la distribution Walmart il y a 6 mois - vendredi 4 mai 2018
    C’est une nouvelle étape dans la bataille toujours plus ardue pour s’approprier le plus possible de consommateurs britanniques.
    Sainsbury s’offre Asda, filiale du géant américain de la distribution Walmart

    Sainsbury s’offre Asda, filiale du géant américain de la distribution Walmart

    Les investisseurs ont poussé l’action vers le haut.
    Mais la partie n’est pas gagnée. Selon nous, mieux vaut profiter de cette hausse.
    VENDEZ
    .

    Secteur en consolidation

    Le secteur britannique de la distribution est en pleine effervescence, suite à la concurrence toujours plus forte des discounters Aldi et Lidl (occupant ensemble une part de marché de presque 13%), ainsi qu’à celle de l’e-commerce (e.a. Amazon). C’est ainsi que Sainsbury, n°2 du secteur, a décidé de s’offrir le n°3, le groupe Asda, filiale non cotée en Bourse de l’américain Walmart. La nouvelle entité occupera plus de 31% du marché, détrônant ainsi Tesco (27,6%).


    Ci-dessus, la répartition des parts de marché du secteur britannique de la distribution
    alimentaire au cours des 12 semaines qui ont précédé le 22/04/2018 (source : Kantar).

    Quel accord ?

    Sainsbury absorbe Asda. En échange, Walmart reçoit 2,975 milliards de livres en cash et 42% des actions du nouveau groupe. Cela valorise Asda à ±7,3 milliards de livres. La nouvelle entité dénombrera plus de 2 800 établissements et dégagera un chiffre d’affaires annuel de ±51 milliards de livres. L’opération doit encore avoir l’aval des actionnaires de Sainsbury et des autorités de la concurrence; elle devrait être finalisée au 2nd semestre 2019. Les deux enseignes seront maintenues et aucune fermeture n’est prévue. Les autorités de la concurrence pourraient cependant exiger des cessions. Le nouveau groupe sera dirigé par l’actuel CEO de Sainsbury.

    Cela rapporte quoi ?

    Sainsbury et Asda ont des portefeuilles de magasins et des canaux de distribution très complémentaires. Sainsbury est surtout présent dans le sud de l’Angleterre et en Irlande du nord, alors qu’Asda est davantage dans le nord de l’Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles. Asda gère de grands hypermarchés, avec des prix peu élevés, alors que Sainsbury est actif dans un segment de marché plus élevé, des supermarchés plus petits et des magasins de proximité. En outre, Asda dispose dans ses hypermarchés d’une grosse division non-food, alors que Sainsbury est actif (via Argos) dans le commerce en ligne de l’électronique, l’ameublement, le bricolage et l’habillement. Les magasins Asda pourront aussi ainsi servir de points d’enlèvement pour Argos. Enfin, la nouvelle entité occupera une position renforcée sur le marché de l’habillement (part de marché commune de 15 à 16%).

    Le nouveau groupe bénéficiera d’une position plus forte permettant de faire baisser ses prix d’achat à ses fournisseurs et de réduire de ±10% ses prix de vente aux consommateurs (un atout dans l’actuelle bataille concurrentielle). La fusion permettra des baisses de coûts (suppressions d’emplois) et une meilleure efficience. En vitesse de croisière, les synergies devraient atteindre 500 millions de livres net par an. Hors coût de l’opération, dès le deuxième exercice complet après la fusion, le bénéfice par action devrait grimper de min. 10%. L’endettement devrait aussi baisser, renforçant ainsi le bilan.

    Qu’en penser ?

    Le mariage a beau donner plus de force aux deux groupes et sembler offrir un avenir plus rose, Sainsbury reste uniquement actif au Royaume-Uni, un marché difficile et mature, où il n’est pas évident de faire grimper son chiffre d’affaires et d’améliorer sa rentabilité. Nous nous demandons aussi si Sainsbury était bien prêt pour une acquisition de cette envergure, alors qu’il est encore en train de digérer celle d’Argos (aussi déjà très conséquente). Et il reste à voir si les autorités de la concurrence accepteront l’opération, et à quelles conditions.

    Et Walmart ?

    Pour Walmart, qui souhaite rester à long terme un actionnaire soutenant le nouveau groupe, l’opération à moins de conséquences. Le groupe prévoit une perte comptable évaluée à ±2 milliards de dollars (estimation basée sur la valeur actuelle des actions à recevoir et sur les actuels cours de change). Il prévoit par ailleurs que l’opération fasse légèrement baisser le bénéfice du premier exercice complet après la finalisation. Les années suivantes, l’accord sera sans effet ou induira une légère hausse du bénéfice, en fonction des synergies à réaliser.

    Résultat 2017-2018 de Sainsbury

    Au cours du précédent exercice, clôturé le 10 mars 2018, le chiffre d’affaires de Sainsbury a augmenté de 9% (+1,3% dans les magasins existants et hors vente de carburants). Le bénéfice a reculé de 18,9%, à 13,31 pence par action suite à des charges non récurrentes (intégration d’Argos, vente de Homebase, transformation de Sainsbury Bank, restructuration…). Sans ces charges, il gagne 0,2%. Le dividende reste à 10,20 pence brut (dont 3,1 pence déjà versés en acompte)

    Cours au moment de l’analyse : 302,00 pence

     

    Partagez cet article

  • Analyse
    Les ventes de fin d’année ont été encourageantes chez Sainsbury il y a 10 mois - vendredi 12 janvier 2018
    En dépit de circonstances de marché difficiles et peuplées de défis, le chiffre d’affaires a un peu grimpé.

    Le groupe est prudemment optimiste, y compris en matière de bénéfices. Mais les perspectives restent incertaines et toute mauvaise surprise pourrait induire une correction du cours.
    VENDEZ.

    Au 3e trimestre (clôturé le 6/1), le chiffre d’affaires comparable, hors carburants, a gagné 1,1% par rapport à un an plus tôt. Dans les produits d’épicerie, les prix de vente étant plus élevés (vu la hausse de prix des produits importés), le chiffre d’affaires a grimpé de 2,3% (online : +8,2%; magasins de proximité : +7,3%). Les ventes en ligne (surtout via Argos) ont assuré 20% du chiffre d’affaires global. Les ventes de fin d’année ont été très bonnes. La part de marché a un peu grimpé par rapport aux trimestres précédents (à 16,4%) mais un peu baissé par rapport à un an plus tôt (16,7%). Les réductions de coûts pour l’exercice en cours avancent comme prévu; l’objectif (épargner 500 millions de livres en 3 ans) sera dépassé (2 000 emplois à sacrifier dans les services centraux). Enfin, les synergies issues du rachat d’Argos seront un peu plus conséquentes que prévu. Le groupe prévoit un bénéfice annuel (avant impôts, hors éléments non récurrents) dépassant un peu la moyenne des prévisions des analystes (revues à la baisse). Nous misons toujours sur un bénéfice par action de 16,30 p. pour l’exercice en cours et de 20,18 et 22,70 p. pour les deux suivants.

    Cours au moment de l'analyse : 248,60 pence

    Sainsbury est la deuxième chaîne de supermarchés du Royaume-Uni. Elle détient une part de marché de plus de 16% et environ 1 400 magasins, dans le plus haut segment du marché. Elle dispose en outre de ±850 points de vente d’articles non-food (Argos). Sainsbury est aussi active dans la vente par internet et dans les services financiers (e.a. via Sainsbury’s Bank) et elle détient un important portefeuille immobilier.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Le premier semestre de Sainsbury n’a pas été fameux il y a un an - vendredi 10 novembre 2017
    On le craignait bien…

    L’action est chère.
    VENDEZ.


    Le résultat du premier semestre (clôturé le 23/9) n’a pas été mirobolant. Si le chiffre d’affaires a crû de 17,1%, c’est grâce à l’acquisition d’Argos. Car dans les magasins existants, il recule de 1,6%. Et le bénéfice a chuté quant à lui de 46%. C’est certes en partie à cause de frais d’intégration et de restructuration. Mais même hors éléments non récurrents, il baisse aussi de 12,4%. Début janvier, Sainsbury paiera un dividende intérimaire de 3,10 pence brut (en baisse de 13,9%). Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action et prévoyons à présent à 16,30 pence pour l’exercice en cours puis 20,18 pence et 22,70 pence pour les suivants.

    Cours au moment de l’analyse : 230,10 pence

    Sainsbury est la deuxième chaîne de supermarchés du Royaume-Uni. Elle détient une part de marché de plus de 16% et environ 1 400 magasins, dans le plus haut segment du marché. Elle dispose en outre de ±850 points de vente d’articles non-food (Argos). Sainsbury est aussi active dans la vente par internet et dans les services financiers (e.a. via Sainsbury’s Bank) et elle détient un important portefeuille immobilier.

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 341,50 GBp
Minimum sur les 12 derniers mois 224,80 GBp
Code ISIN GB00B019KW72
Bourse Londres
Euronext non
Bêta 0,75
Volatilité 22,07 %
Nombre d'actions existantes 2.190.110.000
Capitalisation boursière (en milliards) 670,17 GBp
Secteur Distribution
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 2.530.344 GBp
Score corporate governance 7

Chiffres-clés par action (GBp)

2018-19 (e) 2017-18 (e) 2016-17 2015-16
Dividende 10,90 10,20 10,20 12,10
Bénéfice courant 14,89 13,31 18,40 24,52
Bénéfice net 14,89 13,31 18,40 24,52
Cash flow courant 46,77 48,33 53,34 55,24
Cash flow net 46,77 48,33 53,34 55,24
EBIT 25,68 27,46 31,33 36,81
EBITDA 57,56 59,49 66,28 67,52
Valeur comptable 332,15 293,47 285,37 298,19
Valeur comptable tangible 314,07 284,82 276,71 290,99

Performance (en euros)

Sainsbury (J) Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois -5,40 % -5,60 % -3,18 %
Rendement sur 6 mois 3,31 % -8,65 % 5,52 %
Rendement sur 1 an 42,98 % -6,16 % 10,99 %
Rendement sur 5 ans -2,25 % 2,10 % 12,57 %

Ratios financiers de la société

2017-18 (e) 2016-17 2015-16 2014-15
Pay out - 58,89 % 49,26 % -
Current ratio - 0,76 0,67 0,65
Return on equity - 6,05 % 8,24 % 10,37 %
Total return on equity - 6,05 % 8,24 % -3,14 %
Marge brute - 6,99 % 6,60 % 5,20 %
Marge nette - 1,43 % 2,00 % -0,70 %
Marge EBIT - 2,43 % 2,99 % 3,12 %
Marge EBITDA - 5,14 % 5,49 % 7,95 %
Taux d'imposition - 25,05 % 14,05 % -
Gearing - 11,42 18,81 27,75
Fonds propres/total du bilan - 31,45 % 33,67 % 31,96 %

Données boursières par action

2018-19 (e) 2017-18 (e)
Rendement de dividende 3,56 % 3,33 %
Cours/bénéfice courant 20,55 22,99
Cours/cash flow courant 6,54 6,33
Cours/valeur comptable 0,92 1,04
Cours/valeur comptable tangible 0,97 1,07
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 7,80 % -

(e) : estimation

×
Dites-nous ce que vous pensez
sainsbury-j
Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer