NOTE

A la base, une note est un titre de créance comparable à une obligation. L’investisseur qui achète une note prête de l’argent à son émetteur et court donc aussi le risque, comme pour toute obligation, de ne pas récupérer son argent en cas de défaut de paiement ou de faillite de l’émetteur.

Essentiellement destiné au départ aux investisseurs institutionnels, le marché des notes s’est ouvert progressivement aux particuliers sous l’effet, entre autres, du développement de formules spéciales dont la rémunération, plutôt que de se présenter sous la forme de coupons, se présente comme le résultat d’une structure bien déterminée. C’est ainsi que le rendement de ces notes peut par exemple être lié à l’évolution d’un ou de plusieurs indices boursiers ou d’une ou de plusieurs actions. Une note peut aussi être liée à une clause prévoyant un remboursement anticipé en cas de décision en ce sens de l’émetteur ou de satisfaction d’une condition définie préalablement.

Nous tenons également à souligner, pour conclure, que le montant versé à l’échéance peut être inférieur à la valeur nominale des notes et donc à 100 %. C’est précisément pour marquer ces différences avec les obligations que le terme anglo-saxon “note” a été privilégié pour désigner ces formules.