OBLIGATION SUBORDONNEE

Une obligation subordonnée est traitée en dernier lieu en cas de difficultés de l'émetteur. Les détenteurs sont remboursés après tous les autres créanciers, donc après les obligations classiques, mais juste avant les actionnaires. Une obligation subordonnée constituant ainsi un risque plus élevé, elle est mieux rémunérée. Normalement, nous la déconseillons, sauf si l'émetteurs est d’une solvabilité irréprochable ou que le titre offre un différentiel de taux suffisant pour compenser le risque.