UNSECURED BONDS

Une obligation secured offre une garantie matérielle concrète. Comme, par exemple, vous «offrez» votre maison en garantie au banquier qui vous prête de l’argent pour l’acheter (hypothèque), l’émetteur de l’obligation secured offre à ses prêteurs une garantie sous la forme d’un bien concret. Un bien qui peut être vendu pour rembourser la dette s’il n’a plus d’autres moyens de le faire. Il peut s’agir d’un immeuble ou d’actifs concrets d’une entreprise (matériel, marchandises…). C’est la situation la plus sûre. Mais aussi, par exemple, du revenu attendu d’un projet ou l’autre.

Une obligation unsecured n’offre quant à elle pas de garantie matérielle. L’investisseur doit se contenter de l’engagement ferme de l’emprunteur de rembourser à l’échéance. De plus, en cas de difficultés de remboursement par l’émetteur, les détenteurs de secured sont payés en priorité.

A noter toutefois que des obligations émises par des Etats sont le plus souvent unsecured. Mais si l’Etat n’offre aucun bien concret en garantie, il a en revanche toujours la possibilité de faire tourner la planche à billets pour honorer ses dettes, en cas de graves difficultés...

Les titres unsecured ont donc incontestablement un degré de sécurité inférieur. Mais s’en tenir à des secured limiterait énormément les possibilités d’investissement en obligations. De plus, le risque supplémentaire des unsecured est compensé par un intérêt plus élevé. Il ne faut donc pas se focaliser sur ce terme.

Même les obligations unsecured sont des placements globalement sûrs. Il demeure néanmoins impératif de choisir des obligations dont la solvabilité de l’émetteur est suffisante. Optez pour des émetteurs bénéficiant au moins d’un rating A et fiez-vous à nos conseils, qui tiennent compte de ces ratings.