VENDRE

Sur quelle base décidons-nous de conseiller de vendre une action ?

Nous utilisons une méthodologie à la fois rigoureuse et souple

Parmi les facteurs disponibles, nous privilégions l’évaluation. Qu’elle soit basée sur la comparaison du cours de l’action avec le bénéfice de la société ou avec la valeur de fonds propres, ou encore sur le rendement attendu des dividendes, l’évaluation permet de classer l’action dans une de trois catégories : bon marché, correctement évaluée ou chère. Plus l’action sera relativement bon marché, plus on pourra s’attendre à un rendement élevé; plus elle sera relativement chère, plus la prévision de rendement sera faible.

Les ACTIONS CHERES chères doivent dès lors être surveillées. Car outre leur faible rendement attendu, elles sont susceptibles de connaître à tout moment, et plus facilement que d’autres, une forte baisse de cours, en cas de mauvaises nouvelles. Dans la plupart des cas, il est indiqué de les VENDRE.

Les ACTIONS BON MARCHÉ sont normalement conseillées pour un ACHAT.

Les ACTIONS CORRECTEMENT ÉVALUÉES peuvent être CONSERVEES.

D’autres facteurs peuvent confirmer, nuancer ou infirmer ce qui ressort de la seule évaluation.

Le momentum, à savoir la tendance qu’ont les actions à continuer sur leur lancée récente (positive ou négative) pendant un certain temps. Ainsi, une action bon marché avec un momentum positif est particulièrement indiquée pour un achat : sa valorisation relativement faible, portée par une tendance positive, a de bonnes chances de poursuivre sa hausse. Par contre, il y aura lieu de se méfier particulièrement d’une action chère orientée à la baisse.
Le risque d’une action doit aussi être considéré. Le constat est le suivant : les actions moins risquées rapportent en moyenne plus que celles qui sont plus risquées. Une des manifestations les plus visibles de ce risque : la volatilité des cours. Plus une action est ballotée à la hausse et à la baisse sur de courtes périodes, plus elle est fragile et plus elle risque de décevoir à terme.
La qualité des fondamentaux est un concept voisin de la volatilité. Il a ainsi été démontré que les entreprises publiant des comptes financiers de bonne qualité ont plus de chance de bien se comporter en Bourse. Par qualité des fondamentaux, on entend rentabilité, solidité, capacité de l’entreprise à produire d’amples liquidités à partir de bénéfices en croissance régulière, etc.
Nous avons aussi intégré au concept de risque d’autres paramètres : le risque technologique, judiciaire… In fine, nous attribuons à chaque action un indicateur de risque entre 1 (très faible) et 5 (très élevé). 

Tout pertinents qu’ils soient, les facteurs expliqués ci-avant ne donnent des indications que en moyenne. On ne peut raisonnablement en déduire des vérités absolues, valables pour toutes les actions. Il revient dès lors à l’analyste d’utiliser son expérience des placements et sa connaissance des entreprises et des secteurs, pour établir son conseil. Il s’agira dès lors d’analyser aussi le secteur d’activité de l’entreprise et le positionnement de l’entreprise au sein de ce secteur, d’ apprécier les décisions financières prises par la direction, en matière d’investissements et de redistribution aux actionnaires.

C’est en regroupant tous ces éléments que l’analyste pourra concluree : 
ACHETER, CONSERVER ou VENDRE