News
Comment souscrire à Vita Invest Dynamic de la compagnie Federale ? il y a un mois - mercredi 19 juillet 2017
Cette assurance-épargne est le moyen idéal pour doper votre épargne à long terme.

Vita Invest Dynamic, une de nos assurances-épargne favorites, a réalisé en 2016 un gain de 2,10%, ce qui la place parmi les meilleures du marché. Ceci étant, ce n’est pas tous les jours qu’on souscrit à une assurance-épargne. Quelles sont les étapes à suivre ?

Chercher une agence

Il n’est pas possible chez Federale de souscrire à une assurance-épargne en ligne. Soit vous vous rendez dans un des quelque 30 bureaux disséminés à travers le pays (vous trouverez leur adresse sur le site www.federale.be, dans la rubrique «Contact»). Soit vous demandez qu’un conseiller vous rencontre à domicile.

Déterminer son profil de risque

Lors de l’entretien, vous devrez répondre à toute une série de questions sur votre expérience en termes d’investissement, votre attitude face au risque et vos objectifs en matière de placement. Federale pourra ainsi déterminer la pertinence d’une assurance-épargne pour votre profil d’investisseur. En pratique, l’accent sera surtout mis sur l’horizon de placement, qui, dans l’idéal, doit s’élever à au moins huit ans.

Le formulaire de souscription

– Vous devrez d’abord remplir vos coordonnées personnelles dans la case «Preneur d’assurance». Ce jargon désigne la personne qui conclut le contrat et paie les primes. Un mandataire peut éventuellement être désigné (par exemple le conjoint) en cas de décès du preneur d’assurance. Intéressant si vous voulez que le survivant conserve la possibilité de gérer le contrat à sa guise.
– La case «Candidat Assuré» désigne la personne dont le décès, s’il survient pendant la durée du contrat, mettra fin à ce dernier. L’assuré peut être vous-même ou une personne de votre choix. Dans ce qui suit, nous considérerons que vous êtes vous-même l’assuré.
– Vous devrez désigner un bénéficiaire «en cas de vie» et «en cas de décès». Si vous êtes en vie au terme du contrat, le bénéficiaire «en cas de vie» percevra le capital (vous vous désignerez comme bénéficiaire si vous ne voulez pas céder votre argent de votre vivant). Par contre, si vous décédez en cours de contrat, celui-ci s’arrête et l’argent sera versé au bénéficiaire «en cas de décès» : votre conjoint, vos enfants ou tout autre personne de votre choix. Demandez conseil.
– Vous devez aussi indiquer le montant de votre premier versement (minimum 2 500 euros), sachant que des versements complémentaires sont encore possibles par la suite (minimum 500 euros). Des versements périodiques ne sont par contre pas autorisés.
– Enfin, vous devrez déclarer si vous souhaitez souscrire à une couverture-décès. 130% du capital seront alors versés en cas de décès. Le coût de cette assurance est assez élevé (votre rendement sera amputé de 0,20% par an jusqu’à 52 ans, le tarif grimpant ensuite pour atteindre 0,96% par an à 70 ans). Mais si vous y souscrivez, vous ne paierez pas le précompte mobilier (beaucoup plus cher) retenu normalement en cas de retrait pendant les huit premières années du contrat. Ceci dit, si vous n’envisagez pas de sortir avant huit ans, ce que nous recommandons chaudement, cette assurance perd tout son intérêt et votre rendement ne s’en portera que mieux.

 

Partagez cet article