Article
Assurance-épargne : et si l’assureur tombe en faillite ? il y a un an - jeudi 20 octobre 2016
L’assureur à qui vous confiez votre épargne dans le cadre d'une assurance-épargne vous garantit de vous la restituer au moment auquel vous récupérerez votre argent. Si votre assureur devait connaître de graves difficultés financières entre-temps, voire tomber en faillite, il existe des mécanismes pour protéger au maximum vos avoirs. Et si cela ne devait pas suffire, le fonds de garantie des dépôts interviendrait, à concurrence de 100 000 euros par personne et par compagnie d’assurance (70 000 euros chez AFER Europe+ et BKCP, qui proposent des produits de droit français).

 

Mesures de précaution

Votre assurance-épargne a une certaine valeur qui s’accroît avec le temps. Le capital qui correspond à cette valeur (on parle dans le jargon des assureurs de réserves mathématiques) est investi dans différents placements (essentiellement des obligations d’Etat, mais aussi des obligations d’entreprises, des immeubles, des actions).

Ces investissements doivent permettre à la compagnie d’assurances de disposer à tout moment des réserves suffisantes pour faire face à la totalité de ses engagements. En cas de difficultés de la compagnie, ces réserves ne peuvent pas servir à autre chose qu’à payer les bénéficiaires (= les clients qui ont souscrit à une assurance-vie). Pour compenser les risques de ces placements et être en mesure de payer certains contrats qui bénéficient encore des taux garantis élevés, la compagnie doit également constituer des réserves supplémentaires.

La Banque Nationale de Belgique (BNB), qui surveille la solidité et la solvabilité des banques et des compagnies d’assurances, surveille de près le respect de ces obligations. Et il n’est pas rare qu’elle demande à une compagnie de renforcer ses réserves.

 

Une protection jusque 100 000 euros

Si jamais votre compagnie d’assurances devait se retrouver en difficultés sans pouvoir vous rembourser intégralement, il existe un filet de protection jusqu’à 100 000 euros par assuré (70 000 euros si la compagnie est française, comme AFER Europe+ et BKCP).

Veillez donc à ce que vos avoirs en assurances-vie de la branche 21 au sein d’une même compagnie d’assurances ne dépasse pas 100 000 euros (ou 70 000 euros). Il convient à cet égard d’identifier correctement l’assureur qui gère et garantit vos avoirs. Ethias par exemple commercialise une assurance-épargne (Certiflex) gérée par une autre compagnie d’assurances, Integrale. Si vous possédez ce placement, vous devez veiller à ce que vos placements chez Integrale, et non chez Ethias, ne dépassent pas 100 000 euros.


Partagez cet article