Analyse
La semaine en Bourse il y a 6 ans - vendredi 22 avril 2011

Rassurés par la publication de bons résultats d’entreprises, les investisseurs ont mis de côté les craintes liées à l’économie américaine et à la dette souveraine en Europe. Mais les valeurs refuges que sont l'or et le franc suisse caracolent toujours au sommet.

Avec la perspective négative sur la dette américaine et l’idée que Washington devra mener des politiques budgétaires plus restrictives, la semaine avait mal commencé pour les Bourses… Mais en témoigne la progression des indices sur la semaine, l’impact est avant tout psychologique. La hausse du prix des matières premières, le renchérissement du crédit pour les entreprises et la crise des dettes souveraines en Europe sont davantage une menace pour la croissance économique.

Au final, le S&P 500 américain a gagné 1,3 %, tandis que le Stoxx Europe 50 et le Bel 20 prenaient tous deux 0,6 %. De son côté, le Nasdaq a gagné 2 %, sur fond de bons résultats trimestriels. Le décrochage brutal de lundi a vite été digéré par les investisseurs, ragaillardis par la publication de bons résultats, à l’instar d’Abbott Laboratories (-0,2 %, achetez), AT&T (+0,1 %, achetez), DuPont (+1,9 %, conservez), BlackRock (+2,9 %, achetez) et General Electric (-0,4 %, achetez).
Les valeurs technologiques ont été très entourées après les bons résultats d’Intel (+8,6 %, achetez), Apple (+7,1 %, vendez), Texas Instruments (+1,5 %, conservez) ou IBM (+1,2 %, conservez).

La demande mondiale de PC émanant des entreprises et des pays émergents demeure solide. Les sociétés actives sur ces marchés affichent un bel optimisme. L’impact du Japon sur l’activité est minoré. Le secteur du luxe européen a gagné 6,7 % après la publication des résultats de LVMH (+6,5 %, vendez), L’Oréal (+2,1 %, vendez) et Burberry (+10 %). Ce secteur est trop cher pour un achat. Restez à l'écart.

Partagez cet article