Analyse
Pharma : le pipeline est le seul remède efficace il y a 6 ans - mercredi 14 septembre 2011

Nous insistons souvent, lorsque nous parlons des sociétés pharmaceutiques, sur le pipeline. En quoi celui-ci est-il si important pour ces sociétés ?

Investissement constant

Les sociétés pharmaceutiques dépendent inexorablement du développement de médicaments. Elles ne peuvent en effet pas continuer à s’appuyer indéfiniment sur les médicaments existants dans la mesure où ceux-ci n’ont qu’une « espérance » de vie limitée du fait de l’expiration des brevets.

 

Ensuite, il est difficile de faire face à la concurrence des génériques, par définition moins chers.

 

Enfin, la concurrence ne reste pas non plus les bras croisés et de nouveaux médicaments plus efficaces dans certains domaines peuvent faire leur apparition sur le marché et rogner alors les ventes et parts de marché d’un médicament déterminé.

 

Une société pharmaceutique doit donc investir constamment dans la recherche et le développement ainsi que dans des revenus futurs si elle veut survivre. Elle doit être constamment en mesure de remplacer ses anciens médicaments par des nouveaux.

Travail de longue haleine

Le processus de développement d’un médicament n’est toutefois pas simple, demande énormément de moyens et représente un travail de longue haleine. Une grande société pharmaceutique consacre en moyenne de 18 à 19 % de ses revenus à la recherche et au développement (R&D). Quinze ans peuvent par ailleurs s’écouler, de la découverte de molécules intéressantes et des examens précliniques à l’approbation par les instances et la mise effective sur le marché du médicament.

 

Le médicament potentiel doit par ailleurs surmonter bien des écueils durant cette période, avec l’obligation de démontrer l’efficacité et l’innocuité du médicament lors des différentes phases de tests. Et s’il ne répond pas aux exigences (amélioration insuffisante de l’état du patient, effets secondaires trop nombreux, …) et n’obtient pas l’autorisation des autorités compétentes, comme la Food & Drug Administration aux Etats-Unis, il n’y a pas d’autre solution que de tout arrêter…

Pipeline

Pour être suffisamment armée, une société pharmaceutique doit donc disposer d’un pipeline à la fois vaste, diversifié et, autant que possible, innovant.

Vaste parce que les médicaments en développement n’atteindront pas tous la ligne d’arrivée.
Diversifié en ce sens que les médicaments potentiels doivent être bien répartis entre les différentes phases de tests de manière à pouvoir remplacer à tout moment un médicament dont le brevet expire.
Innovant enfin, cela coule de source, même si ce n’est pas forcément facile en raison par exemple de la structure parfois très (trop) lourde des grandes sociétés pharmaceutiques.

 

De nombreuses sociétés ne parviennent cependant pas à étoffer suffisamment leur pipeline et se tournent vers une autre solution plus simple : l’acquisition d’autres sociétés pharmaceutiques ou la prise de licences sur des médicaments prometteurs en développement.

Secteur pharmaceutique

Des groupes comme GlaxoSmithKline, Novartis et Roche disposent de pipelines bien équilibrés. Si vous préférez répartir le risque sur l’ensemble du secteur, nous vous conseillons le tracker SPDR MSCI Europe Health Care (ISIN : FR0000001737, ticker STW), coté sur Euronext Paris.

 

Partagez cet article