Analyse
Les holdings de la Bourse belge : un cas à part ! il y a 5 ans - mercredi 25 avril 2012

Les holdings constituent souvent une bonne solution pour se constituer un portefeuille diversifié, qui s’étend bien au-delà de l’univers des sociétés belges. Mais un holding n’est pas l’autre.

Nous restons acheteurs de Gimv, qui offre le rendement de dividende le plus généreux (5 % net), et de Brederode, dont le portefeuille est relativement défensif et qui souffre d’une décote exagérée (40 %). Conservez les autres.

 

Un holding est une société financière qui n’a d’autre activité que de prendre des participations financières dans d’autres sociétés et de réaliser ainsi des bénéfices au travers des dividendes perçus et des plus-values réalisées. Investir dans un holding, c’est donc investir indirectement dans un nombre plus ou moins important d’autres sociétés. Pour bon nombre de holdings, cela permet aussi d’investir indirectement dans des valeurs non cotées dans lesquelles il ont des participations (ce qu’on appelle l’activité de private equity).

 

Les performances des holdings cotés à Bruxelles sont très inégales. Les portefeuilles de Brederode, Sofina, Gimv, Quest for Growth sont ainsi beaucoup plus diversifiés que ceux de GBL, Ackermans & van Haaren ou Bois Sauvage.

 

Il y a deux critères clés pour un motiver un investissement dans un holding.
D’abord la différence entre la valeur intrinsèque et le cours (c'est-à-dire la prime ou la décote). Aujourd’hui d’un point de vue historique, la décote des holdings belges est plutôt élevée (en moyenne 30 % pour la dizaine de holdings belges diversifiés). Plus la décote est importante, plus il est potentiellement intéressant d’acheter l’action du holding.
Ensuite la capacité à distribuer un dividende conséquent sur base des revenus récurrents (= hors plus-values), même si ce dividende est souvent inférieur à la moyenne du marché.

 

Partagez cet article