Analyse
Moury Construct : que va faire le Belge de ses abondantes liquidités ? il y a 4 ans - lundi 10 septembre 2012

Si Moury Construct n’est pas épargné par la conjoncture difficile actuelle, il se maintient plutôt bien. La grande question est de savoir ce que le groupe belge compte faire avec ses abondantes (et finalement peu rentables) liquidités.

Un groupe belge familial

Moury Construct (Bourse de Bruxelles ; 114,50 EUR ; risque 3) possède plus de 90 ans d’expérience dans le secteur de la construction. Le groupe est actif dans la construction résidentielle, les travaux de construction industriels et la rénovation, tant pour le secteur public que privé. Avec ses différentes filiales (parfois très spécialisées), Moury est actif en Flandre, à Bruxelles, en Wallonie et au Luxembourg. Le groupe n’a évidemment pas échappé au malaise économique des dernières années. Entre 2008 et 2011, les revenus d’exploitation ont chuté de 20 % et le bénéfice s’est aussi fort réduit. Les marges restent néanmoins correctes (marge opérationnelle de 7 % en moyenne, supérieure à celles du secteur) et la santé financière solide. Moury est ainsi assis sur une montagne de cash (pas moins de 60 EUR par action au 30/06/2012), dont, apparemment, il ne sait trop quoi faire (option : le redistribuer en partie aux actionnaires ?). En 2011, le groupe a dû comptabiliser une forte réduction de valeur sur son portefeuille d’investissement.

 

Résultats et perspectives

Bien que le carnet de commandes soit bien rempli pour 2012 (niveau historiquement élevé), le chiffre d’affaires n’a progressé que de 1,2 % au 1er semestre et les marges sont sous forte pression. Le bénéfice opérationnel a reculé de 40,6 % et le bénéfice net a même cédé 74 %. Pour 2012, nous tablons sur un bénéfice par action de quelque 9,50 EUR et un dividende stable de 4,20 EUR net. Pour 2013, nous misons sur respectivement 11,50 et 4,30 EUR.

 

En Bourse, la négociabilité du titre Moury Construct (capitalisation boursière de seulement ±45 millions d’euros) est relativement limitée. Avec un rendement sur dividende de ±3,7 %, Moury se situe dans la moyenne, tandis que les perspectives de croissance à terme sont plus modérées. En outre, selon nous, ces perspectives sont déjà largement intégrées dans le cours. A moins que vous ne spéculiez sur la distribution à plus ou moins brève échéance d’une partie des liquidités, nous vendrions donc cette action relativement chère.

Partagez cet article