Analyse
Smartphoto : investir dans des images ? il y a 4 ans - mercredi 14 août 2013

Pendant l’été, les appareils photo n’arrêtent pas de cliquer. Mais est-il judicieux d’investir dans une société comme Smartphoto qui transforme nos moments de loisirs en souvenirs impérissables ?

Non. L’essor du numérique a fait exploser le nombre de photos prises par les amateurs. Mais il a impliqué de grands changements dans le secteur. Même si le cours de Smartphoto est un peu inférieur à la valeur comptable, au vu des perspectives, l’action est chère. Son récent rebond est l’occasion de la vendre.

 

De Spector à Smartphoto

C’est dans les années soixante qu’a vu le jour l’atelier familial de photographie DBM-Color. Au fil des ans, la société a grandi pour devenir dans les années nonante un groupe coté en Bourse, appelé Spector, actif dans le développement et l’impression de photos, tant pour les photographes belges que par correspondance, dans divers pays d’Europe (Extra Film). Pour compenser ensuite la chute du nombre de films à développer, Spector s’est diversifié dans la vente d’appareils photos et autres articles multimédias, en acquérant l’allemand Photo Porst et le belge Photo Hall (activités dont il s’est défait ensuite, vu la faible consommation).

Activités actuelles

En mai 2013, Spector a été rebaptisé Smartphoto Group. Le groupe propose par internet, dans 14 pays européens, directement au consommateur, l’impression de photos numériques et de posters ainsi que des articles personnalisés (albums, cartes de vœux, cadeaux). Dans une moindre mesure, il s’adresse au monde professionnel et des entreprises.

Quel avenir ?

Le marché de Smartphoto est soumis à une forte concurrence. Le groupe y affronte des acteurs bien installés, comme l’allemand CeWe Color, de nouveaux arrivants opérant par internet, et des chaînes de magasins collaborant avec d’autres centrales. Sa marge bénéficiaire est très mince (beaucoup de promos). Pour 2013, il table sur une légère croissance du chiffre d’affaires et sur des marges stables par rapport à un an plus tôt. Nous prévoyons un bénéfice par action de ±0,03 EUR, tant en 2013 qu’en 2014, et n’attendons aucun dividende. Pour la suite, le potentiel de hausse des profits est selon nous limité. Car si le groupe a peu de dettes, son bilan souffre d‘un important goodwill.

 

Cours au moment de l’analyse : 0,57 EUR


Partagez cet article