Analyse
OPA sur Henex ? Puis à qui le tour ? il y a 4 ans - jeudi 24 octobre 2013

L’Union Financière Boël prépare une OPA à 63,50 EUR par action sur le holding Henex (déjà contrôlé par la famille Boël via diverses participations).

Le calendrier n’est pas encore connu mais ne tablez pas sur une contre-offre.
CÉDEZ VOS ACTIONS.
Cette offre s’inscrit en outre dans un mouvement général de simplification des holdings.
QUI RISQUE DE SUIVRE ?

 

Structure, décote, rendement

Henex est contrôlé à 53,18 % par la famille Boël, au travers de trois véhicules financiers. Il détient à son tour une participation dans le holding Sofina de la famille Boël (48 % de sa valeur intrinsèque) et une dans Danone (40 % de sa valeur intrinsèque).
Pour le holding Sofina, rien ne change; il restera contrôlé par la famille Boël et ne fera pas l’objet d’une OPA.
Conservez Sofina. Vendez Danone.

Ces deux dernières années, la décote moyenne d’Henex a été de 20 à 25 %. L’offre à 63,50 EUR la réduit à 5 % (sans compter la lourde décote de Sofina). C’est une bonne affaire pour la famille Boël et une belle porte de sortie pour le petit actionnaire, qui, avant les rumeurs d’offres, devait vivre avec une décote conséquente, vu que le holding se montrait passif et peu communicatif.
Le rendement sur dividende d’Henex s’est quant à lui limité ces dernières années à ±1,5 % net.

A qui le tour ?

N’achetez pas Solvac et Tubize, vendez Solvay et UCB, conservez KBC et KBC Ancora.
Les mono-holdings Solvac, Tubize, et KBC Ancora ne disparaîtront sans doute pas de sitôt, vu que leur seule vocation est de verrouiller le capital de Solvay (pour Solvac), d’UCB (pour Tubize) et de KBC (pour KBC Ancora).

Conservez GBL.
Dans la galaxie Frère (qui détient GBL), le ménage a déjà été fait en 2011 dans les entités cotées avec la reprise de CNP par un autre holding d’Albert Frère.

Conservez Brederode.
Une radiation de Brederode est souvent évoquée. Brederode s’est déjà simplifié ces dernières années et a absorbé Auximines. En cas de reprise, sa décote, à présent raisonnable (28 % selon nous) serait aussi réduite. Mais, si une telle opération est possible, elle est jusqu’ici démentie par le groupe, elle peut se faire attendre longtemps et ne peut être la seule raison d’investir dans Brederode.

Conservez Bois Sauvage.
Bois Sauvage est aussi évoqué, vu la montée de l’actionnaire familial dans le capital, la suppression du CEO et du comité de direction. Mais le prochain procès, pour délit d’initié dans l’affaire Fortis, risque de retarder toute initiative.


Partagez cet article