Analyse
Septembre : bilan boursier positif il y a 3 ans - mardi 1 octobre 2013

Après un été très chahuté, le calme est revenu sur les marchés en septembre, grâce au statu quo de la Réserve fédérale.

L’investisseur en euro a engrangé en moyenne près de 4 % sur les Bourses mondiales. Depuis début 2013, le rendement atteint 11 %.
Premières bénéficiaires : les Bourses européennes, et surtout émergentes.
Pour vos investissements, consultez notre rubrique
« Composez votre portefeuille ».
Et continuez à investir dans les marchés émergents, notamment en Chine qui présente une balance courante largement excédentaire. Investissez-y 10 % de votre portefeuille via les sicav
China Focus A EUR ou GAM Star China Equity USD.

 

En septembre, fortes du statu quo de la Fed et de nouvelles garanties de liquidités à bon compte, les Bourses se sont, dans un premier temps, fort appréciées. D’autant plus qu’en Europe, la BCE a une fois de plus promis des taux au plancher. Les doutes sont cependant revenus dès le lendemain de l’annonce de la Fed. Les questions sur le timing du resserrement monétaire, les motivations à l’origine du statu quo et les affrontements entre démocrates et républicains sur un nouveau rehaussement du plafond de la dette ont repris le dessus. Le bilan mensuel n’en reste pas moins très positif pour les Bourses mondiales. La détente des taux qui a suivi donne un peu d’air à la reprise européenne, potentiellement menacée par la hausse des taux des derniers mois. Tandis que pour les Bourses émergentes, la baisse des taux américains rend les actifs américains un peu moins séduisants. De quoi freiner les rapatriements massifs qui ont fait plonger les Bourses et devises des pays qui se financent le plus à l’étranger (Inde, Brésil…).

 

Au niveau sectoriel, tous les secteurs ont terminé le mois dans le vert. Mais la baisse généralisée des taux, favorable à l’économie, a d’abord profité aux secteurs les plus sensibles à la conjoncture, comme la construction et l’industrie.

Sur le podium, on trouve aussi les télécoms, en pleine consolidation (+9 % en Europe). Verizon, n°1 du mobile outre-Atlantique, a acquis pour 130 milliards de dollars les 45 % de sa filiale Verizon Wireless, jusqu’ici aux mains du britannique Vodafone. En Europe, outre le relèvement annoncé de Telefónica dans le capital de Telecom Italia, l’américain AT&T s’est dit intéressé par la reprise d’activités mobiles. Certains y voient déjà la possibilité pour Vodafone de se séparer d’autres activités à bon compte.

 

Du côté des technologiques, l’heure est aussi aux grandes opérations. Microsoft a mis la main sur les portables de Nokia, qui n’est pas sorti de l’ornière pour autant.

 

Enfin, l’automobile en Europe s’est très bien comportée (+8,4 %). Face à l’embellie économique, les constructeurs européens sont plus optimistes. Pour autant, la reprise sera lente. Les constructeurs allemands restent bien positionnés, mais la Bourse en tient compte. Vendez-les, à l’exception de Daimler.

Partagez cet article