Analyse
Unilever : croissance moindre que prévu il y a 4 ans - jeudi 3 octobre 2013

Une leçon peut-être pour l'investisseur : il faut parfois relativiser les perspectives annoncées par les groupes occidentaux quant à leur succès dans les pays émergents !

L'action est chère.
VENDEZ.

 

Parmi les concurrents, nous n'avons pas de conseil d'achat, mais certaines actions peuvent être conservées :
Nestlé
, qui est peu exposé aux pays émergents, y vise d'ici 2020 un objectif limité à 45 % des ventes (alors qu'Unilever y réalise déjà 57 %) et qui résiste mieux dans les pays développés ; 
Kraft dont le dividende est garanti par d'amples liquidités ;
Procter & Gamble qui associe restructuration et innovation.

 

Ambitieux
Unilever vise pour 2020 un chiffre d'affaires de 80 milliards d'euros (soit +6 % en moyenne chaque année). Une croissance qui n'est possible que si le groupe réussit son essor dans les pays émergents. Ces pays doivent assurer 90 % de la croissance visée (avec un recours marginal aux acquisitions). L'objectif est exagéré pour un groupe occidental du secteur et le ralentissement des pays émergents renforce les doutes.


Avertissement
Le groupe a communiqué qu'au troisième trimestre, la croissance de l'activité sera limitée à 3 ou 3,5 % (contre +5 % au premier semestre). Certes, il peut encore réagir et table d'ailleurs sur une amélioration au quatrième trimestre. Mais nous sommes sceptiques. Et nous craignons qu'à moyen terme aussi, la route soit plus rude qu'escompté (le ralentissement dans les pays émergents risque de durer). La division soins personnels, en décélération, ne pourra compenser la faiblesse de l'alimentation et de l'activité en Europe. Et si le groupe cède des activités peu rentables, pour préserver ses marges, il risque ainsi de vouloir soutenir sa croissance par des acquisitions, payées peut-être trop cher. Selon nous, tôt ou tard, il renoncera à l'objectif 2020. Cela pèsera sur le cours. Certes, cela pourrait être compensé en partie par la cession (ou scission) de l'alimentation mais nous doutons que le groupe choisisse cette voie.

Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action, à 1,58 EUR pour 2013 (contre 1,65 auparavant) et à 1,70 EUR pour 2014 (contre 1,80).

 

Cours au moment de l'analyse : 27,72 EUR

 

Unilever est un géant anglo-néerlandais de l'alimentation et des produits d'entretien et d'hygiène. Quelques marques connues : Knorr, Becel, Dove…

 

Partagez cet article