Analyse
Faut-il fuir les pays émergents ? il y a 3 ans - vendredi 20 décembre 2013

On assiste à un net ralentissement des nouvelles économies. Faut-il trouver de nouveaux relais ?

Ces dernières années, les pays BRIC, puis les BIITS, ont été les moteurs de l’économie mondiale, tandis que les USA et l’Europe s’enlisaient dans la crise. Mais aujourd’hui, la Russie ralentit, l’Inde peine à enrayer l’inflation, l’Afrique du Sud croule sous 25 % de chômage… Les investissements se réorientent vers le Mexique, l’Indonésie...
Restez cependant à l’écart de ces nouveaux émergents, trop risqués.
Préférez l’Inde, la Chine, le Brésil, qui ont fait des efforts de libéralisation et dont le développement est en marche. Achetez les sicav d’actions
Fidelity China Focus A EUR, Aberdeen Global Indian Equity A2 et BNY Mellon Brazil Equity A EUR (voyez dans quelles proportions dans nos portefeuilles). 

 

Si le Mexique et l’Indonésie sont des pays qui, sur le papier », sont de vrais eldorados (forte croissance démographique, développement d’une classe moyenne au pouvoir d’achat en hausse, sous-sol riche…), leurs risques ne doivent pas être sous-estimés.
Comme le révèle une récente étude, 30 % de l’économie mondiale vient de pays à risques. Tant sur le plan sécuritaire que sur le plan politique, les risques sont réels, bien plus que les perspectives de gains. Prenons le cas du Mexique, qui dispose d’importantes réserves pétrolières. Mais alors que les prix du pétrole s’apprécient depuis des années, la société étatique Pemex voit sa compétitivité reculer. Une situation d’autant plus paradoxale que les pétroliers occidentaux alignent les records. Pour combler ses pertes, le gouvernement a assoupli ses lois pour attirer les investisseurs étrangers (mais il pourra ensuite remodifier les règles comme bon lui semble). Selon nous, le développement réel du Mexique ne pourra se faire sans la mise en place d’un cadre juridique et politique stable.

 

Partagez cet article