Analyse
Les Bourses mondiales en 2013 il y a 3 ans - mardi 31 décembre 2013

Certains grands marchés ont renoué avec des niveaux qu’ils n’avaient plus atteints depuis des années.

En 2013, face à des taux très bas, qui incitent peu à investir en obligations, et au discrédit des produits très risqués (suite aux interventions des régulateurs), les investisseurs ont retrouvé le goût des actions. Mais toutes les Bourses ne sont pas logées à la même enseigne.

 

Etats-Unis

Les marchés américains ont connu une année exceptionnelle. Les indicateurs économiques (e.a. la création d’emplois…) ont souligné que le pays reprenait un peu plus vite qu’attendu le chemin de la croissance. Mais de manière insuffisante pour que la banque centrale supprime déjà son soutien. La Fed a continué d’injecter de l’argent, qui a ainsi pu être investi entre autres en actions. Le S&P 500 (+26,2 %) a atteint son record historique le 26/12 et le Nasdaq (+33,4 %) a dépassé les 4 000 points pour la première fois depuis 13 ans. Le calme et la confiance ont stimulé les introductions en Bourse.

Europe

Les investisseurs sont aussi revenus sur les marchés européens, mais sans toutefois les plébisciter autant que ceux des USA. Le Stoxx Europe 50 a gagné 17,9 %. Les Bourses ont aussi été soutenues par des indicateurs soulignant que le pire était derrière nous. La banque centrale européenne n’a en outre jamais cessé de se dire prête à soutenir l’économie en cas de besoin, limitant ainsi les craintes des investisseurs. Les taux à court terme ont été ramenés à 0,25 %.

Pays émergents

Les pays émergents sont les grands perdants de l’année 2013 (-7,7 %). La Bourse chinoise (-4,9 %) a souffert du ralentissement de la croissance du pays. Les Bourses russe (-6,6 %) et brésilienne (-17,8 %) font face à une croissance quasiment à l’arrêt. Les banques centrales de ces pays ont durci les conditions de crédit. Enfin, la crainte d’une politique moins accommodante de la Fed a conduit les investisseurs à réduire leur exposition aux marchés plus risqués. En été, les devises des pays émergents ont brutalement décroché.

Et en Belgique ?


Partagez cet article