Analyse
Recticel : l'épée de Damoclès disparaît enfin il y a 3 ans - jeudi 30 janvier 2014

Après 3 ans d'incertitude, Recticel a conclu un accord avec la Commission européenne, pour sa participation à un cartel sur les prix.

Certes, ses perspectives de bénéfice sont peu enthousiasmantes. Mais, vu le dividende (rendement : 3,2 % net), et la spéculation sur la vente d’activités : CONSERVEZ.

 

Recticel paiera finalement 27 millions d'amende (0,93 EUR par action) pour sa participation à un cartel sur les prix (mousse de polyuréthane). Le marché tablait sur le double et Recticel risquait en théorie plus de 4,50 EUR par action. Ce dossier étant clos, les intérêts peuvent se réveiller pour son activité isolation (déjà courtisée par Kingspan en 2010) et surtout son activité auto (petite taille et non stratégique). Mais, à moins d'un paiement échelonné, l'amende alourdira dangereusement la dette (±80 % des fonds propres). D'autre part, un autre dossier pour cartel est toujours instruit (literie en Allemagne), avec un risque d'amende que nous estimons à 0,17 EUR par action. Enfin les perspectives immédiates sont moroses. Au quatrième trimestre, les ventes devraient enfin s'être stabilisées. Mais pour 2014, nous n'attendons pas davantage. Quant au résultat, nous tablons pour 2013 sur une petite perte (0,10 EUR par action). Pour 2014, malgré le rebond des marges (restructuration) et le recul des charges exceptionnelles, nous ne misons pas sur plus de 0,50 EUR par action. C'est assez cependant pour maintenir le dividende à 0,22 EUR net.

Partagez cet article