Analyse
Spirit Aerosystems : les surcoûts plombent le résultat il y a 4 ans - mardi 11 février 2014

Perte lourde et surprenante au quatrième trimestre 2013.

Mais la sanction boursière est exagérée, compte tenu des solides perspectives de croissance du groupe.
ACHETEZ.

 

Au troisième trimestre, le groupe avait montré qu'il parvenait à mieux maîtriser ses coûts. Mais au quatrième trimestre, ces coûts ont à nouveau dérapé. Le trimestre se solde dès lors par une lourde perte de 4,15 USD par action. Sur l'ensemble de 2013, la perte est de 4,40 USD. En cause, des surcoûts liés surtout à la fabrication du fuselage du B787 Dreamliner (Boeing). C'est d'autant plus dommageable que cet avion est un programme clé pour le groupe (dès 2015, il doit assurer 15 à 20 % du chiffre d'affaires). Mais il n'y a pas de quoi paniquer. Car dans le secteur aéronautique, les dépassements de coûts ne sont pas exceptionnels et ne remettent pas nécessairement en cause la rentabilité globale des programmes concernés. En outre, Spirit Aerosystems prend des mesures pour mieux maîtriser ses coûts et éviter pareilles déconvenues à l'avenir. De plus, ses commandes sont en hausse de 17 % sur l'année (forte demande de Boeing et d'Airbus dans les pays émergents). Pour 2014, le groupe compte dès lors sur une hausse du chiffre d'affaires de 11 % (contre +10 % en 2013) et sur un bénéfice par action de 2,50 à 2,60 USD. Nous réduisons quant à nous nos prévisions à 2,40 USD pour 2014 et 2,70 USD pour 2015.

 

Cours au moment de l'analyse : 27,22 USD

 

Introduit en Bourse en 2006, Spirit Aerosystems est une ancienne filiale de Boeing, qui fournit des pièces pour des avions commerciaux principalement : fuselage (50 % du chiffre d'affaires), ailes (25 %), enveloppe moteur (25 %). Le groupe génère 85 % de ses ventes auprès de Boeing . Avec l'acquisition de l'activité aérostructure du britannique BAE Systems en 2006, il s'est ouvert les portes d'Airbus, l'autre poids lourd du secteur (un peu plus de 10 % de ses ventes). Il équipe aussi des avions régionaux et d'affaires (Bombardier, Gulfstream…).

 

Partagez cet article