Analyse
Transocean : le risque en trop il y a 3 ans - vendredi 7 février 2014

Parmi les valeurs étrangères proposées lors de notre sondage, c’est Transocean que vous avez plébiscitée.

Transocean est une société suisse spécialisée dans le forage pétrolier en eaux profondes. Elle était propriétaire de la plateforme, louée par BP, qui a explosé et provoqué la tristement célèbre marée noire. L’accident a marqué son image, fait baissé la demande pour ses plateformes, et augmenté ses coûts. Les comptes ont viré dans le rouge et le cours en souffre toujours. L’action est bon marché mais il y a trop d’incertitudes.
N’achetez pas.
Préférez :
ION Geophysical, spécialisé dans la recherche sismique et spécialement attractif après la chute de son cours.
BP, qui peut s’appuyer sur d’importantes réserves, trop faiblement valorisées par la Bourse, à cause du risque lié au procès de la marée noire.

 

Refaire surface

Pour restaurer son équilibre financier, le groupe Transocean a d’abord dû céder des actifs.
Par la suite, pour se relancer via le marché norvégien encore très porteur, il a racheté en 2011 la société parapétrolière norvégienne Aker Drilling. En 2013, son résultat a rebondi. Mais en Bourse, son action reste très sanctionnée, suite au risque que constituent toujours les procès liés à la marée noire.

Trop de risques

Jusqu’ici, en prévision d’indemnités à payer suite aux jugements relatifs à la marée noire, le groupe a inscrit des provisions pour 1,4 milliard de dollars. Difficile de savoir si cela suffira. Quoi qu’il en soit, le risque financier reste bien présent (BP a d’ailleurs encore accru ses provisions). De plus, les groupes pétroliers réduisant leurs investissements en exploration, l’activité de Transocean risque d’encore souffrir.

 

Partagez cet article