Analyse
Delhaize : changement de conseil il y a 3 ans - vendredi 21 mars 2014

Le résultat 2013 déçoit et les perspectives ne sont pas très encourageantes.

Nous réduisons nos prévisions. N'achetez plus.
CONSERVEZ.

 

Certes, pour 2013, Delhaize affiche un assez beau chiffre d'affaires et une hausse du bénéfice de 72,1 %. Mais c'est inférieur à nos attentes (bénéfice par action de 1,77 EUR alors que nous prévoyions 2,62 EUR). De plus le pourcentage de hausse est favorisé par le fait que le bénéfice 2012 avait été pénalisé par de lourdes charges de restructuration et des réductions de valeurs. D'un point de vue opérationnel, tant en Belgique qu'aux USA, Delhaize a dû baisser ses prix de vente, pour rester compétitif, ce qui a affecté sa rentabilité. Pour consoler l'actionnaire, le groupe relève néanmoins son dividende de 11,4 %, à 1,17 EUR net. Pour le premier trimestre 2014, les choses ne vont pas trop bien. Car si les ventes aux USA restent solides, les temps sont plutôt durs en Belgique et en Serbie. Le résultat risque aussi de souffrir des investissements aux USA, où une nouvelle formule de magasins est mise en place. Le groupe prévoit de relever cette année ses investissements de 10 % et d'ouvrir 180 magasins, dont 20 supermarchés en Belgique (où il travaille aussi à un nouveau concept et souhaite renforcer sa vente en ligne, avec points d'enlèvement). Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 4,13 EUR pour 2014 (contre 4,77 auparavant) et à 4,60 EUR pour 2015 (contre 5,05).

 

Cours au moment de l'analyse : 50,55 EUR

 

Le distributeur belge Delhaize exploite ±3 500 magasins, actifs en Belgique, au Luxembourg, dans les Balkans, en Indonésie et aux USA, lesquels assurent jusqu’ici quelque 60 % du chiffre d’affaires.

 

Partagez cet article