Analyse
Heineken : pas gagné ! il y a 3 ans - mercredi 19 mars 2014

Les défis sont nombreux pour Heineken, la crise ukrainienne n'arrange rien et la publication du résultat annuel ne nous rassure pas.

VENDEZ.

 

Sans surprise, le chiffre d'affaires 2013 recule de 0,9 % et le bénéfice par action de 6,9 % à 2,37 EUR. La hausse des prix de vente n'a pu compenser la baisse des volumes vendus (-2,7 %). Dans les pays émergents (plus de 50 % du bénéfice opérationnel), où le groupe a payé le prix fort pour se renforcer, la croissance est de moins de 3 % : pas assez pour pallier la faiblesse de l'Europe Occidentale, toujours en recul (-2,2 %). En Europe de l'Est (1/6 des ventes), les volumes vendus ont perdu 6 % ; en Russie, la situation est délicate (hausse des taxes) et pourrait s'aggraver (crise ukrainienne). Aussi, même si l'activité s'est améliorée au second semestre 2013, la partie n'est pas gagnée. Il faudra encore investir dans les pays émergents (surtout en Asie) et encore réduire les coûts. Le contexte économique est en outre peu favorable à sa marque premium Heineken, déjà peu vaillante, de sorte que sa marge opérationnelle pourrait souffrir. Le groupe envoie d'ailleurs des signaux contradictoires : d'une part, il attend une reprise de l'activité en 2014 mais d'autre part, il maintient son dividende à 0,89 EUR brut (rendement de 1,9 % brut). Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 2,50 EUR pour 2014 (contre 2,70 auparavant) et à 2,80 EUR pour 2015 (contre 2,90).

 

Cours au moment de l'analyse : 46,965 EUR

 

Le brasseur néerlandais Heineken occupe la troisième place mondiale de son secteur avec une part de marché de près de 9 % derrière AB InBev et SABMiller. Après s'être renforcé en Europe (y compris de l'Est et en Russie), il a acquis le mexicain Femsa Cerveza en 2010.

 

Partagez cet article