Analyse
Vendre Portugal Telecom sur un marché peu liquide ? il y a 3 ans - mercredi 19 mars 2014

Comment procéder pour vendre des titres Portugal Telecom cotés à Francfort ?

Placez un ordre de vente à un cours situé en-dessous du cours de Lisbonne du moment, pour attirer l’attention des investisseurs professionnels…

 

Manque de liquidité

L’action Portugal Telecom est évidemment une action portugaise. Mais, si sa Bourse principale est Euronext Lisbonne, elle est aussi cotée sur cinq Bourses différentes. C’est bien sûr à Lisbonne qu’elle fait l’objet de la plus forte activité : chaque jour, ce sont pas moins de 4,6 millions d’actions qui sont échangées.
Mais sur la Bourse de Francfort, qui accueille, il est vrai, pas mal d’actions étrangères, il est plutôt rare que le nombre journalier de titres échangés dépasse les 10 000.
Pas toujours facile dès lors d’y vendre des titres. De plus, les différences peuvent être importantes entre le cours acheteur et le cours vendeur, de sorte que le marché n’est pas rapidement prêt aux échanges.

Différentes options

A cause de cette faible liquidité, des brokers ne permettent pas l’usage des ordres en ligne pour ce titre et imposent de passer par le téléphone. C’est le cas de Keytrade, qui facture alors des frais plus élevés (1,4 % du montant de la vente, minimum 49,95 EUR).
Pour vous débarrasser de vos titres, il existe plusieurs possibilités, mais nous n’en conseillons qu’une seule.
– Vous pouvez par exemple passer un ordre de vente “au prix du marché”. Mais en lançant ainsi sans filet un nombre relativement important d’actions sur un marché quasi vide, vous risquez très fort d’un obtenir un prix très peu élevé (comparativement au cours pratiqué à Lisbonne).
– Vous pouvez aussi tenter de vendre par petits morceaux, avec un cours limite, pour trouver plus facilement un acheteur. Mais vu le minimum de frais de 49,95 EUR, cela risque de vous coûter cher.
– Vous pouvez enfin placer un ordre de vente à un cours situé en-dessous du cours de Lisbonne du moment, pour attirer ainsi l’attention des investisseurs (professionnels), toujours à l’affût d’achats à bon compte.
C’est la moins mauvaise des solutions, même si elle a l’inconvénient de vous rapporter un peu moins que la valeur de l’action.


Partagez cet article