Analyse
Agfa-Gevaert dans notre sélection pour les audacieux il y a 3 ans - vendredi 11 avril 2014

Vous êtes à la recherche d’actions trop sanctionnées et dont la volatilité ne vous effraie pas ? Alors cette sélection est pour vous.

Et vu que la reprise économique en Europe se confirme peu à peu, l’environnement s’améliore pour les valeurs exposées au Vieux Continent. Nous en profitons pour enrichir cette sélection de l’action Agfa-Gevaert.
Le rebond de sa marge au quatrième trimestre 2013 nous a séduits. La baisse du prix de l’argent (sa principale matière première) et la reprise en Europe (40 % de l’activité) lui permettront d’atteindre ses objectifs 2015.

 

Et les autres actions de cette sélection ?

En début d’année, les questions sur la vigueur des pays émergents ont affecté les valeurs les plus internationales. Mais à présent, la Chine prévoit de soutenir son économie; aux USA, la croissance s’affirme et en Europe, la reprise est en cours (à un rythme certes plus faible). Les banques centrales conservent des politiques favorables aux actions et si le marché européen n’est pas vraiment sous-évalué, divers achats bien choisis peuvent se révéler rémunérateurs.

 

Rio Tinto (-1 % depuis le 01/01/2014)
Le rally entamé mi 2013 a été stoppé par des prises de bénéfices, après la publication du bon résultat semestriel. Le groupe a réduit sa dette, réduit ses investissements et rendra plus de cash aux actionnaires (par des rachats d’actions).

 

Nyrstar (+19 % depuis le 01/01/2014)
Après une fin 2013 marquée par la crise du partenaire Talvivaara, le prêt octroyé à cette filiale fait rebondir le cours. Mais on reste loin de la normalisation et le risque reste élevé.

 

Deceuninck (+49,7 % depuis le 01/01/2014)
Le cours retrouve ses sommets d’avant 2008, suite à l’amélioration du résultat fin 2013, atteinte grâce à la reprise aux USA et dans certains pays européens.

 

Schnitzer Steel (-12,7% depuis le 01/01/2014)
Le cours a souffert en début d’année des craintes sur le ralentissement en Chine, mais de manière exagérée, vu l’évolution attendue de la demande d’acier et des investissements dans les pays émergents.

Partagez cet article