Analyse
Lafarge : fusion avec Holcim… Oui… mais… il y a 3 ans - mercredi 9 avril 2014

Le français Lafarge a annoncé sa fusion avec le suisse Holcim.

Une bonne opération qui améliore les perspectives à long terme. Mais les avantages évoqués nous semblent fort optimistes. Enfin, les autorités de cartel doivent encore donner leur aval. L'action reste chère. Nous ne changeons pas de conseil.
VENDEZ.

 

En fusionnant, Lafarge et Holcim vont donner vie au plus grand groupe cimentier au monde. L'actionnaire de Lafarge recevra une action Holcim en échange de chaque action Lafarge détenue, laquelle sera ensuite rebaptisée LafargeHolcim. L'entité aura son siège en Suisse et sera cotée à Zurich et à Paris. L'opération devrait être bouclée au 1er semestre 2015. La fusion doit dégager des synergies (évaluées à 1,4 milliard d'euros par an après trois ans) et une complémentarité géographique (présence dans 90 pays au lieu de 62 pour Lafarge actuellement), dans un marché caractérisé par la surcapacité. Elle permettra de sabrer dans les coûts excédentaires, de réduire la dette et de renforcer la structure financière. Un avantage de taille, dans ce secteur nécessitant de gros capitaux, et notamment pour Lafarge, très endetté, surtout depuis la reprise de l'égyptien Orascom en 2008, juste avant la crise. L'opération risquant de se heurter aux autorités de la concurrence (elle nécessite 15 approbations différentes, dont celle de l'Europe), le nouveau groupe va céder des actifs pour ±16 % du chiffre d'affaires.

 

Cours au moment de l'analyse : 66,48 EUR

 

Le groupe français Lafarge, présent dans 62 pays, est un des leaders mondiaux de la production et la vente des matériaux de construction (ciment, bétons, granulats,…).

 

Partagez cet article