Analyse
Miser sur l’hydrogène ? il y a 3 ans - jeudi 10 avril 2014

L'hydrogène a une carte à jouer dans le stockage des énergies renouvelables. Pour ceux qui souhaiteraient investir sur son potentiel, quelles sociétés s'imposent ?

Les entreprises actives dans le secteur sont souvent en perte et ne parviennent que très faiblement à développer leurs ventes. Certes, la donne pourrait brusquement changer, en cas d’annonce d’une aide massive d’un Etat, de la commande d’un gros client, etc. Mais pour l’heure, tout cela reste au stade de l’hypothèse. Et les actions du secteur ayant déjà bien monté ces derniers mois, leur cours incorpore une bonne part d’optimisme, qui limite leur potentiel. Tout investissement dans le secteur serait spéculatif.
NOUS NE LE CONSEILLONS PAS À UN INVESTISSEUR PRUDENT.

 

Encore marginal

L’hydrogène est une substance permettant de fabriquer de l’électricité et de la stocker, par le principe de la pile à combustible. Mais si la pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène est effectivement séduisante, la technologie ne parvient pas à s’imposer. Régulièrement, on lit ci et là que des accords sont signés. Mais cela reste limité et marginal. Les pouvoirs publics semblent paralysés et pas disposés à donner un coup de pouce à une filière ou à une autre. Il faudrait par ailleurs une production de masse pour faire baisser les coûts de production.

Actions

Suite à diverses récentes annonces, des actions cotées en Bourse de sociétés concernées par la technologie, en ont profité.
– Le français Schneider (systèmes de distribution électrique, automatismes, systèmes de contrôle) a signé avec son compatriote Areva (nucléaire) un accord de coopération sur le stockage et la gestion de l’énergie basée sur la production d’hydrogène.
– Le japonais Toyota a annoncé pour 2015 une voiture à pile à combustible (en Californie). Reste à voir si la date sera respectée. Et de toute façon, dans un premier temps, les volumes seront faibles.
– Le groupe Plug Power, coté sur le Nasdaq et spécialisé dans la pile à combustible ne dégage pas de bénéfice depuis plus de 10 ans. Son chiffre d’affaires progresse mais ses coûts de développement restent élevés. Sans intérêt commercial plus prononcé, on ne peut espérer de hausse régulière de son bénéfice. Entre 2011 et 2013, son cours a chuté à moins de 1 USD, avant de rebondir après avoir atteint un bon niveau de commandes et signé un accord avec FedEx (transport et logistique).
– La société Ballard, cotée sur le Nasdaq et spécialisée dans la pile à combustible, est en perte depuis de nombreuses années. Un retour aux bénéfices peut être espéré pour 2015 mais le cours est très volatil.

 

Partagez cet article