Analyse
Cardio3 Biosciences : soutenu par un fonds hongkongais il y a 3 ans - jeudi 19 juin 2014

Un fonds hongkongais investit dans la société belge.

C'est une bonne nouvelle. Mais pour le particulier, miser sur une biotech à ce stade de développement est un pari que nous ne conseillons pas. Si vous détenez l'action, prenez votre bénéfice.
VENDEZ.

 

Le fonds hongkongais Medisun Int., injecte 25 millions d'euros dans Cardio3, contre une participation de 8 %. Simultanément, une joint-venture est créée en Chine pour y mener la phase III des tests cliniques du C-Cure (médicament le plus avancé du groupe) et, en cas de succès, le commercialiser. En Europe, la phase III des tests a déjà commencé. En Chine, cette phase III va débuter et sera financée par Medisun (qui devrait détenir à terme 70 % de la joint-venture). Aux USA, la phase III va aussi démarrer (et sera financée par les 25 millions injectés). Cardio3 a donc à présent des liquidités suffisantes pour tenir jusque fin 2015 (moment auquel les résultats de la phase III européenne seront connus). Cependant, un produit à ce stade de développement n'a qu'une chance sur deux d'être commercialisé (au plus tôt en 2016 en Europe pour le C-Cure). Il faudra alors encore fixer un prix de vente et trouver des partenaires pour bénéficier de forces de ventes dignes de ce nom. Il y aura donc de nouveaux accords de partages des profits et/ou des augmentations de capital (fin 2015, début 2016). Enfin, il restera à convaincre les médecins d'utiliser ce traitement…

 

Cours au moment de l'analyse : 46,00 EUR

 

Fondée en 2007, la société Cardio3 Biosciences est spécialisée dans la découverte et le développement de thérapies régénératives, protectrices et reconstructrices pour le traitement des maladies cardiaques. L'objectif de son introduction en Bourse (en juillet 2013) était de lever des capitaux pour assurer la phase finale du développement de son produit le plus avancé, le C-Cure. La thérapie C-Cure vise à transformer des cellules souches, prélevées dans la moelle osseuse du patient, en cellules cardiaques, à injecter dans le cœur malade pour en régénérer les tissus.

 

Partagez cet article