Analyse
Delhaize : grande restructuration en Belgique il y a 3 ans - jeudi 12 juin 2014

Après les Etats-Unis voici quelques années et les Balkans en 2013, c'est au tour des activités belges d'être assainies.

Une bonne chose pour les actionnaires, mais l'action est déjà correctement évaluée.
CONSERVEZ.

 

Les résultats trimestriels publiés début mai avaient déjà laissé apparaître les difficultés de Delhaize sur son marché domestique belge. Le nouveau CEO désigné l'an dernier a donc annoncé des mesures de restructuration radicales. Concrètement, quelque 2 500 emplois seront supprimés et 14 supermarchés non rentables (sur les 138 en gestion propre) fermés. Dans le même temps, 450 millions d'euros supplémentaires seront investis ces trois prochaines années dans les propres magasins, la formation, la logistique, l'assortiment, l'e-commerce,… Ces mesures n'ont en réalité rien d'étonnant tant les supermarchés belges souffrent de la persistance d'un climat difficile et de la hausse de la concurrence. Avec des charges salariales élevées (et l'écart grandissant avec la concurrence), tout cela a provoqué un net recul de la part de marché comme de la rentabilité des supermarchés en gestion propre. Delhaize souffre du reste d'un problème d'image et peut plus difficilement négocier des prix d'achat intéressants en raison de sa taille plutôt limitée. Le groupe n'avait donc d'autre solution, en Belgique, que d'améliorer son efficacité et réduire les coûts.

 

Cours au moment de l'analyse : 52,04 EUR

 

Le distributeur belge Delhaize exploite ±3 500 magasins, actifs en Belgique, au Luxembourg, dans les Balkans, en Indonésie et aux USA, lesquels assurent jusqu’ici quelque 60 % du chiffre d’affaires.

 

Partagez cet article