Analyse
Lufthansa : objectifs financiers revus à la baisse il y a 3 ans - lundi 16 juin 2014

L’investisseur a sanctionné le titre après l’avertissement sur bénéfice.

Pas de quoi en profiter toutefois pour acheter tant la baisse du cours reflète la détérioration des perspectives.
CONSERVEZ.

 


Même si la direction en avait évoqué la possibilité voici quelques mois, la récente révision à la baisse des bénéfices pour 2014 et 2015 est une surprise. En cause ? Des facteurs exceptionnels liés à la grève des pilotes et les provisions pour les créances en bolivar vénézuélien. Mais aussi des problèmes structu-rels comme la surcapacité sur les vols européens et américains. La progres-ion des compagnies du Golfe n’est pas étrangère à ce phénomène et continue donc à poser de nombreux soucis à la compagnie allemande. Celle-ci devrait afficher cette année un bénéfice d’un milliard d’euros contre une fourchette de 1,3 à 1,5 initialement. Pour 2015, Lufthansa table désormais sur un bénéfice de 2 milliards contre 2,65 milliards auparavant. Un objectif qui reste selon nous trop ambitieux. Cela dit, le groupe devrait pouvoir défendre sa rentabilité grâce, notamment, à une réduction de ses capacités, ce qui atténuera la pression sur les prix (meilleur taux de remplissage à de meilleurs tarifs). De quoi garder alors une marge suffisante pour continuer à investir dans la modernisation de sa flotte. Au final, nous ramenons néan-moins nos prévisions de bénéfice par action de 1,60 à 1,10 EUR pour 2014 et de 2,60 à 2,00 EUR pour 2015.
Le cours (en EUR) a dévissé brutalement à l’annonce de la révision à la baisse des bénéfices. Pas une raison suffisante pour acheter toutefois.

 

Cours au moment de l'analyse : 16,26 EUR

 

La compagnie aérienne allemande Deutsche Lufthansa, une des plus grandes au monde, emploie plus de 100 000 salariés et réalise 74 % de son chiffre d’affaires dans le transport de personnes. Outre l’enseigne Luthansa, elle exploite les enseignes Austrian Airlines, SWISS et Germanwings et détient des participations dans Brussels Airlines, JetBlue et SunExpress. Elle est aussi présente dans la logistique, l’entretien et la réparation des avions, la restauration et les services informatiques.



Partagez cet article