Analyse
Celyad : pas une occasion à saisir il y a un an - vendredi 1 juillet 2016

Le C-Cure de Celyad ne convainc pas l’autorité sanitaire.

Son récent échec a fait plonger le cours de 45 %. Et même si Celyad va se focaliser à présent sur l’immuno-oncologie, son pipeline est à un stade très peu avancé de développement. Aussi, bien que la chute du cours semble inclure l’échec du C-Cure, le titre est trop risqué.
VENDEZ.

 

Celyad illustre à nouveau l’énorme risque que renferment les petites biotech dépendantes d’un unique produit en développement à un stade avancé. De plus, dans ce cas, il s’agit d’un domaine de recherche à ses prémisses (cellules souches pour maladies cardiaques), dans lequel le taux d’échec en dernière phase de test est très élevé. Ainsi, le C-Cure (pour pallier des insuffisances cardiaques en produisant de nouvelles cellules) a été recalé en phase 3 par l’Agence européenne des médicaments. Pourtant, des effets sont constatés à un stade bien déterminé de la maladie (60 % des patients de l’étude). Et si des discussions seront encore menées avec l’Agence des médicaments, Celyad ne compte plus investir directement dans le C-Cure et envisage plutôt un partenariat, voire une scission, ce qui n’est guère encourageant. Désormais, sa priorité est l’immuno-oncologie. Mais son produit le plus avancé du domaine n’est qu’en première phase d’études cliniques, avec 1 chance sur 6 seulement d’être commercialisé un jour. La société restera en perte au moins jusqu’en 2020.

 

Cours au moment de l'analyse : 22,00 EUR

Partagez cet article