Analyse
La croissance des entreprises les plus dynamiques n’est pas infinie il y a un an - mercredi 9 novembre 2016

De beaux exemples : Facebook, GoPro, FitBit, ainsi que Nokia et même Apple.

Facebook a publié pour le 3e trimestre un chiffre d’affaires en hausse de 56 %, obtenu e.a. , grâce à la publicité sur mobile. Pourtant les investisseurs boudent l’action. Car Facebook a aussi averti que cette croissance des revenus de la publicité ralentirait en 2017, suite à la saturation des utilisateurs, lassés de la publicité sur leurs écrans. Facebook devra donc trouver d’autres sources de croissance : hausse des prix, amélioration de la fidélité, relais de croissance,…

 

Il s’agit là d’une belle illustration d’un phénomène souvent négligé par les investisseurs : la croissance d’une entreprise n’est pas infinie. Dans le cas de Facebook, les limites sont posées par les utilisateurs. Ailleurs, globalement, les entreprises en forte croissance sont tôt ou tard confrontées à la concurrence. Ainsi par exemple, sur le marché des mini caméscopes, GoPro n’est pas parvenu à conserver ses taux de croissance face à la montée en puissance d’une concurrence capable de mieux répondre aux demandes des clients en matière de prix et de technologie. Désillusion aussi pour l’américain Fitbit qui craint une concurrence accrue sur les bracelets connectés, en plein essor. Longtemps incontournable sur les téléphones portables, la marque Nokia a aujourd’hui disparu au profit d’Apple. Et c’est maintenant au tour d’Apple de connaître une phase de moindre croissance sur ce marché.

 

Pour les entreprises très dynamiques donc, l’investisseur doit se préparer à un ralentissement de la croissance des revenus et à une baisse de la rentabilité. L’investisseur attiré par les beaux résultats du passé doit se demander si l’entreprise est capable de maintenir la même croissance à l’avenir. Car si ce n’est pas le cas, et que le cours ne tient pas assez compte du ralentissement anticipé, la correction n’est pas bien loin.

 

Partagez cet article