Analyse
Mithra : le miracle de l’Estetrol ? il y a un an - jeudi 3 novembre 2016

La biotech Mithra souhaite devenir leader mondial de la santé féminine, un marché qui remue 35 milliards de dollars par an.

Jusqu’ici, elle reste dépendante de deux molécules à base d’Estetrol, dont les tests cliniques continueront jusqu’en 2018-19.
Les résultats sont encourageants, mais le titre est trop risqué.
SEULS LES SPÉCULATEURS PEUVENT CONSERVER.

 

Oestrogène révolutionnaire

La biotech Mithra occupe plus de 50 % du marché belge des pilules contraceptives (en volume). Elle travaille aussi sur 3 autres génériques (à commercialiser entre 2016 et 2018). Mais ses véritables espoirs sont le contraceptif oral Estelle et le traitement de la ménopause Donesta. Deux molécules innovantes à base d'Estetrol, un œstrogène naturel produit par le foetus humain et qui aurait de nombreux avantages par rapport aux œstrogènes utilisés jusqu’ici : moins de risque de phlébite, d’embolie, d’interactions médicamenteuses, de calculs biliaires…. L’Estelle est en phase III d’essais cliniques, le Donesta en phase II. A ce stade, rien n’est assuré. Mais les résultats sont très encourageants. Si tout continue dans le même sens, une commercialisation des deux produits est envisageable fin 2019, début 2020. Et compte tenu du potentiel de ce marché, une part de marché mondiale de 6 à 8 % suffirait selon nous à justifier le cours actuel de l’action. De plus, d’autres applications seraient envisageables (cancer du sein, de la prostate).

 

Les finances : un peu juste !

L’activité distribution de génériques de la société reste très peu rentable. Globalement, Mithra est toujours en perte (nous tablons pour 2016 sur une perte par action de 0,80 EUR). Certes, sa trésorerie atteint 66 millions d’euros et des prépaiements sont à encaisser (accord avec Fuji Pharma pour la future commercialisation de l’Estelle au Japon). Mais, faute de nouveaux accords, cela risque d’être un peu juste pour tenir jusqu’à l’éventuelle commercialisation des produits phare. Une augmentation de capital (avec dilution de l’avoir de l’actionnaire) ne peut donc être exclue.

 

Cours au moment de l’analyse : 9,30 EUR

 

La biotech Mithra est une spin-off de l’université de Liège fondée en 1999 par François Fornieri, le Marc Coucke wallon (lequel est président du Conseil d’Administration et actionnaire à 16,49 %). Elle développe des médicaments pour la santé féminine : fertilité et contraception, ménopause et ostéoporose, infections gynécologiques et cancers féminins.

 

Partagez cet article