Analyse
Atos : un redressement spectaculaire il y a 9 mois - jeudi 29 décembre 2016
Le groupe français de services informatiques a retrouvé des couleurs ces dernières années et cherche désormais à pérenniser son redressement et sa croissance.

Pas forcément simple. Si le potentiel de hausse du cours ne nous semble pas encore épuisé, il est aussi trop limité pour acheter.
CONSERVEZ et achetez plutôt IBM qui intègre notre sélection d’actions américaines favorites.

Un géant européen

Atos est le n°2 européen des services informatiques aux entreprises, derrière son compatriote Cap Gemini. Le groupe a connu un redressement spectaculaire sous la houlette de Thierry Breton, appelé à la rescousse en 2009 après des restructurations réussies chez Bull, Technicolor et Orange. Outre des réductions de coûts radicales, Atos a depuis multiplié les acquisitions (Bull, Xerox ITO, …) dans un secteur où la taille et l’offre de services sont prépondérantes pour décrocher les contrats les plus rentables. Une politique qui porte ses fruits avec une valeur boursière passée de moins de 2 milliards d’euros en 2009 à plus de 10 aujourd’hui. Le français reste par contre assez petit à l’échelle mondiale, face aux géants américains et indiens qui dominent le secteur comme IBM, Accenture, Cognizant ou Infosys.

Un redressement à pérenniser

Les performances du groupe ces dernières années ont été spectaculaires. Tiré par les acquisitions, le chiffre d’affaires a progressé de 16% par an en moyenne depuis 5 ans et la marge opérationnelle est passée de 5,7% en 2009 à plus de 9% attendus pour 2016. La restructuration étant terminée, les perspectives sont moins séduisantes, l’ancrage européen d’Atos (80% du chiffre d’affaires, zone à faible croissance) représentant un frein. D’ici 2019, la hausse du chiffre d’affaires hors acquisitions ne devrait pas dépasser 2 à 3% par an. Côté rentabilité, la marge opérationnelle est attendue entre 10,5 et 11% en 2019, soit loin des 15 à 20% des ténors du secteur IBM et Accenture. A noter que malgré les acquisitions, Atos est solide financièrement et si l’on en croit la direction, le dividende plutôt faible (1,2% brut) devrait augmenter sensiblement à terme.

Préférez IBM

Le potentiel de hausse de l’action Atos nous semble insuffisant pour acheter. Préférez IBM dont le cours devrait bénéficier d’une croissance enfin retrouvée. L’action intègre d’ailleurs cette semaine notre sélection de valeurs américaines favorites.

Cours au moment de l'analyse : 100,65 EUR

 

Partagez cet article