Analyse
D'Ieteren : menace sur les voitures de société il y a un an - jeudi 22 décembre 2016
Le résultat des 10 premiers mois de 2016 dépasse les attentes. Le cours a rebondi (après un recul de ±20% de septembre à début décembre). De manière prématurée selon nous.

VENDEZ.

Pour l’ensemble de 2016, le groupe table sur un bénéfice en hausse de 3 à 5 % (hors Moleskine, récemment acquis et hors frais de rachat). Auparavant, il visait une stabilisation, voire un recul. Nous tablons quant à nous sur +3 %. Chez Belron, sur 10 mois, le bénéfice gagne 4,3% (base comparable), soutenu par l’Europe, à nouveau en croissance. Dans la distribution auto, le meilleur mix produits (plus de véhicules plus chers vendus) a dopé le chiffre d’affaires (+8 % sur 10 mois) et favorisera les marges. Mais même si D’Ieteren mise sur des gains de parts de marché en 2017, nous restons pessimistes. Car si le volume de voitures vendu en Belgique a gagné 11% sur 11 mois, il risque de refluer un peu. Et à plus long terme, la division risque bien de souffrir de la réforme du régime des voitures de société (20 à 30% des ventes du groupe). Chez Belron, les réductions de valeur ne rassurent pas (150 millions en 2014 et 2015, 134 millions en 2016); certains marchés (Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni…) subissent une rude concurrence. Enfin les tentatives de diversification du groupe laissent dubitatifs : le résultat trimestriel de Moleskine déçoit et le projet en carrosserie se heurtera à la surcapacité chronique du secteur.

Cours au moment de l'analyse : 41,65 EUR

D’Ieteren est l’importateur belge de marques du groupe VW, actif aussi dans la réparation des vitres auto via Belron, détenu à 94,85 % et dans les carnets de luxe et les accessoires d’écriture et de voyage, via Moleskine.

Partagez cet article