Analyse
La société chimique française Arkema a réussi sa métamorphose il y a 5 mois - lundi 22 mai 2017
Issue en 2004 des activités chimiques de Total et cotée à Paris depuis 2006, elle a remodelé son profil.

Une belle transformation, grâce à laquelle elle est mieux armée pour faire face aux futurs défis de son secteur. Elle est plus rentable, moins cyclique, mieux équilibrée géographiquement et plus innovante. Depuis un an, son cours de Bourse a bien grimpé. Mais il est trop tard pour acheter, tôt pour vendre.
CONSERVEZ.


Rééquilibré, tant du point de vue des activités que sur le plan géographique.

Au niveau des activités, le groupe s’est recentré sur les matériaux à haute performance, plus stables et plus rentables. De quoi réduire ainsi son exposition aux cycles économiques (la part de ses activités cycliques est passée de 56% en 2005 à 29% en 2015).
Et tout comme Solvay, il monte en puissance dans les solutions répondant aux critères de développement durable (il y consacre 50% de son budget recherche et développement).
D’un point de vue géographique, il a réduit son exposition à l’Europe (36% des ventes 2016 contre 58% en 2005).
Ce remodelage est passé par des cessions d’actifs (notamment les PVC en 2011) et par de multiples acquisitions, (notamment Bostik, dans les adhésifs de spécialités, en 2015).

Et maintenant ?

En 2016, le bénéfice opérationnel a atteint son sommet (1 189 millions d’euros). Et il devrait encore grimper en 2017. Le groupe vise 1 300 millions. Un objectif réalisable selon nous, vu le bon résultat du 1er trimestre.
Pour la suite, Arkema va poursuivre ses efforts. Primo, en se renforçant dans les matériaux à haute performance (pour que l’activité assure 50% de son chiffre d’affaires 2020 contre 44% en 2015). Deuzio, en finalisant son rééquilibrage géographique, avec des investissements dans le développement durable et la poursuite des acquisitions (quoique de manière moins soutenue). Enfin, il réduit ses coûts, pour améliorer sa rentabilité (but : une économie de ±1,35 EUR par action avant impôts sur la période 2015-2017).

 

Cours au moment de l’analyse : 95,36 EUR

 


Partagez cet article