Analyse
Scandale du secteur auto allemand il y a 4 mois - lundi 31 juillet 2017
Notre réaction.

Le soupçon de cartel entre constructeurs allemands ternit encore l’image d’un secteur, déjà entaché par le scandale dudieselgate. Une volatilité accrue est à craindre ces prochains mois.  En dépit de faibles valorisations, n’achetez ni Daimler, ni Volkswagen VZ ( mais conservez).
Seul BMW , qui nie toute entente, peut trouver grâce à nos yeux. La méfiance des marchés à son égard n’est pas justifiée. Achetez.

Alors que VW, sa filiale Audi, Porsche et Daimler rappellent des véhicules suite au dieselgate, une autre affaire frappe l’industrie auto allemande. Depuis les années 90, les constructeurs s’y seraient concertés sur les prix, les technologies, les fournisseurs et la réduction des émissions polluantes. La Commission européenne enquête. Si le cartel est confirmé, l’impact financier est difficile à évaluer. Toutefois, si les groupes concernés, dont la trésorerie est solide, seront capables de bien di-gérer des amendes, ils devraient subir une pression croissante des autorités et de l’opinion publique. Les normes pour les moteurs thermiques (principale source de profits) seront renforcées. A l’horizon 2040 ou 2050 (selon les pays), ces moteurs seront interdits. En même temps, le développement du véhicule électrique nécessite beaucoup d’investissements (en R&D, en capacité productive). Dans ce domaine, les allemands ont un retard à rattraper sur la concurrence. Nous réduisons dès lors notre prévision de taux de croissance à long terme pour les groupes concernés.

 

Cours au moment de l'analyse
Daimler : 60,15 EUR
Volkswagen VZ : 132,88 EUR
BMW : 78 EUR

Partagez cet article