Analyse
En mai 2016, Fagron concluait un plan de sauvetage il y a 4 mois - mercredi 13 décembre 2017
19 mois plus tard, quel est son état de santé ?

Avec un cours qui a doublé depuis lors, le titre est-il une opportunité ?
Nous ne le pensons pas, compte tenu e.a. du niveau du risque du titre (4).
Restez à l’écart.

Meilleure posture

Le groupe Fagron, spécialisé dans les préparations magistrales pharmaceutiques, a connu dans le passé de fortes turbulences, suite au changement brutal du système de remboursement américain en 2015. A présent, des augmentations de capital et des désinvestissements ont ramené sa dette à un niveau acceptable. Et après les pertes de 2015 et 2016 (dues aux réductions de valeurs sur les activités américaines), le bénéfice sera de retour pour l’exercice 2017. Fagron a d’ailleurs renoué avec les acquisitions : depuis l’été : il a réalisé deux petites opérations dans les matières premières en Croatie et au Brésil. Les acquisitions constituent la base de sa stratégie, laquelle a été l’origine de ses succès, mais aussi de ses déboires. Une stratégie mise entre parenthèses en 2016 lorsque le groupe était en grave difficulté.
La restructuration étant terminée Fagron, cherche un nouveau CEO, orienté vers l’innovation et le développement des activités. Rien d’étonnant.
Toutefois, le départ précipité de l’ex CEO, 2 ans après son entrée en fonction, pose de sérieuses questions (divergences stratégiques ?).

Résultats mitigés

Sur les 9 premiers mois de 2017, sans surprise, le chiffre d’affaires a gagné 4,4 % (hors cessions) où 1,6%, hors effets de changes! Pour le 4e trimestre, le résultat en Europe souffrira sans doute encore de contretemps liés aux labos extérieurs (analyse des matières premières). Quant aux ventes aux USA, elles ne rassurent pas (seulement +4,1 % au 3e trimestre). Or, les USA sont la zone dont le groupe attend le plus ces prochaines années (nouvelle usine entrée en fonction en mars).

Restez à l’écart

Si la rentabilité aura un peu rebondi cette année, nous n’attendons pas de grosse amélioration ensuite. En 2018, s’il n’y a pas de réel rebond des ventes, la hausse du bénéfice se nourrira surtout du recul des charges d’intérêts (en juillet, un remboursement de 225 millions a réduit la dette). Nous misons sur un bénéfice par action de 0,60 EUR en 2017 et de 0,70 EUR en 2018 et n’attendons aucun dividende pour 2017. Au vu de la faible visibilité sur le potentiel réel du groupe et de sa valeur comptable (nous l’estimons pour fin 2017 à 2,70 EUR par action), le titre nous parait cher.

Cours au moment de l’analyse : 11,13 EUR

Fagron est une entreprise belge active dans les matières premières pharmaceutiques et les préparations pour les pharmacies, les hôpitaux et les industriels.

Partagez cet article