Axa FR0000120628

Alertes
Ajouter au portefeuille
24,63 EUR 23/08/2017 17:35 Paris
0,00 EUR (0,00 %) Variation depuis la dernière clôture
17,87 25,80  52 semaines min max
47,33 % Rendement sur 1 an
4,94 % Rendement de dividende
Tous les détails

Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    Axa réduit le nombre de ses agences bancaires belges il y a 3 mois - vendredi 19 mai 2017
    Le groupe poursuit son plan 2020.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Axa veut accélerer l’exécution de son plan de croissance il y a 3 mois - jeudi 11 mai 2017
    C’est la conséquence d’un début d’année en demi-teinte.

    Le groupe pense aussi à se défaire de certains actifs américains. L’action mérite toujours une place en portefeuille.
    ACHETEZ.

    Les chiffres du 1er trimestre sont un peu inférieurs aux attentes, surtout en assurance-vie. Rien de grave cependant. Le groupe confirme d’ailleurs les objectifs de son plan 2015-2020, prévoyant notamment une hausse du bénéfice opérationnel de 3 à 7% par an. Néanmoins, le groupe ressent le besoin d’accélérer l’exécution de ce plan. Et pour financer cette exécution, il introduira en Bourse au 1er semestre 2018 une part minoritaire de ses activités américaines d’assurance-vie et de gestion d’actifs (la filiale AllianceBernstein). C’est d’ailleurs sans doute pour tirer un meilleur profit de cette opération qu’Axa a lancé la restructuration d’AllianceBernstein et a notamment remplacé l’ensemble de son équipe dirigeante. Car AllianceBernstein est sorti affaibli de la crise financière et perd des clients, alors que la Bourse se porte bien et que d’autres acteurs du secteur (p.ex. BlackRock) affichent de bons chiffres de croissance; au 1er trimestre 2017, la filiale n’a décroché aucun nouveau contrat de gestion. Une partie du produit de l’introduction en Bourse pourrait être restituée aux actionnaires sous forme de dividendes ou de rachats d’actions. Une bonne nouvelle, qui fait passer le goût un peu amer du résultat trimestriel.

    Cours au moment de l'analyse : 24,47 EUR

    Le groupe français Axa est un des leaders mondiaux de l’assurance, actif dans les assurances-vie, les assurances dommages (habitation …), la gestion d’actifs (fonds… ), la banque…

    Partagez cet article

  • Analyse
    Après son envolée de fin 2016, le cours d’Axa marque le pas il y a 5 mois - vendredi 17 mars 2017
    Tient-il bien compte de toutes les qualités fondamentales du groupe ?
    Après son envolée de fin 2016, le cours d’Axa marque le pas

    Après son envolée de fin 2016, le cours d’Axa marque le pas

    Non. Si vous ne détenez pas encore cette action, profitez-en : achetez.
    L’action est attractive et fait d’ailleurs partie des valeurs que nous conseillons, à qui veut se constituer un premier portefeuille d’actions. Sans omettre toutefois de diversifier : n’y consacrez pas plus de 5% de votre portefeuille d’actions individuelles.

    Axa bénéficie d’un bon ratio de solvabilité

    Le ratio de solvabilité est le reflet de diverses règles qui obligent les compagnies à détenir des fonds propres suffisants par rapport aux risques qu’elles encourent. Un ratio élevé témoigne de la capacité d’un assureur à respecter ses engagements envers ses assurés et à résister aux chocs économiques et financiers.
    Fin 2016, le ratio de solvabilité d’Axa était de 197%, soit conforme à l’objectif fixé pour 2020 (170 à 230%). Un niveau obtenu grâce à la hausse de ses bénéfices et à la bonne orientation des marchés financiers.

    Objectif d’Axa : faire croître le bénéfice opérationnel de 3 à 7% entre 2016 et 2020

    Axa ne devrait pas décevoir de ce côté. Selon nous, une croissance annuelle de 5% est possible sans risque excessif. Axa fait des économies (sélectivité des contrats, réduction des coûts administratifs). Il prévoit ainsi pour 2020 d’épargner un total de 2,1 milliards d’euros avant taxes (répartis en assurance-vie et en assurance dommage). Un montant qui nous semble même pouvoir être dépassé, car Axa a du savoir-faire en la matière : son plan 2011-2015, qui visait 1,5 milliards d’économies, avait permis au final d’économiser 1,9 milliards.

    Pour la croissance

    Compte tenu des limites des perspectives en Europe (marché mature), Axa mise toujours sur l’Asie, tant dans les activités déjà établies, que par des acquisitions (de taille limitée). Et ce, bien que le marché dans cette région du monde soit très concurrentiel (de nombreux groupes s’y affrontent déjà : Allianz, Prudential…). Une somme d’1 milliard d’euros est prévue pour des acquisitions. En plus de l’Asie, il s’agit de se renforcer dans l’assurance santé et dans l’assurance-dommage pour les entreprises (où la concurrence est moins forte).

    Le résultat 2016, corrigé des charges non récurrentes, est conforme à nos attentes

    Après un 1er semestre difficile, le second a été meilleur. Le chiffre d’affaires de l’assurance-vie grimpe de 2%, celui de l’assurance-dommage de 3%. Et le bénéfice opérationnel gagne 4%, grâce à la remontée des taux à long terme et à la hausse des Bourses. Le résultat global est conforme aux objectifs visés pour 2020.

    Au vu de la solidité du groupe, le dividende ne nous semble pas menacé

    – La progression attendue des bénéfices et des liquidités permettra à Axa de consacrer 45 à 55% de ses bénéfices aux dividendes. Si l’environnement économique s’améliore effectivement, le haut de la fourchette sera accessible.
    – Le dividende relatif à l’exercice 2016 est de 1,16 EUR brut (en hausse de 5,5% par rapport à un an plus tôt). Nous tablons à présent sur 1,22 EUR brut pour 2017 (rendement de 6 % brut) et sur 1,30 EUR brut pour 2018.

    A long terme, la croissance d’Axa sera freinée par la concurrence

    Contrairement à d’autres secteurs, le marché ne bénéficie guère de barrières limitant l’effet de la concurrence ni l’émergence de nouveaux concurrents. De nouveaux acteurs surgissent sur le marché de l’assurance en ligne, avec de meilleures conditions (prix, confort d’utilisation). Axa répond à cette évolution en investissant lui-même dans ces entreprises.

    Axa dépend en partie de facteurs économiques sur lesquels il n’a pas de prise

    C’est le cas des taux d’intérêt, de la santé des marchés…

    Sur 12 mois, l’action Axa a un return de ±15%.Mais elle garde du potentiel

    Le cours est bien inférieur au montant des fonds propres (36,48 EUR par action). C’est certes le signe que le marché est un peu méfiant. Mais c’est aussi une décote trop lourde au vu des qualités du groupe. Car si Axa évolue dans un environnement difficile, son plan 2020 doit lui permettre d’en relever les défis. Et si la hausse que nous prévoyons n’est pas fulgurante (après 2,40 EUR par action en 2016, nous misons sur 2,50 EUR en 2017 et 2,60 EUR en2018), elle suffira selon nous pour maintenir le niveau du dividende.

    Cours au moment de l'analyse : 23,93 EUR

     

     

    Partagez cet article

  • Analyse
    Ne vendez pas ces 8 actions ! il y a 7 mois - vendredi 6 janvier 2017
    La récente hausse des Bourses pourrait vous tenter de prendre les bénéfices obtenus sur certains titres. Mais une action qui a bien grimpé n’est pas ipso facto survalorisée.
    Ne vendez pas ces 8 actions !

    Ne vendez pas ces 8 actions !

    Elle peut garder un plus ou moins beau potentiel. Et donc mériter de rester en portefeuille. Parmi les belles hausses récentes, nous avons sélectionné pour vous 8 valeurs dont vous ne devez pas vous séparer (tout en veillant à ce que, au sein de votre portefeuille d’actions individuelles, chaque titre ne dépasse pas 5% de la valeur totale de celui-ci).

    ACHETEZ

    Axa (assurance)
    L’actuelle hausse des taux à long terme donnera enfin un peu d’oxygène aux bénéfices du groupe, ce qui l’aidera à atteindre ses objectifs de croissance. Le plan «Ambition 2020» et le contrôle des coûts améliorent en outre la visibilité sur les perspectives. Le cours, qui correspond à 10 fois le bénéfice par action attendu pour 2017, garde du potentiel.

    BMW (automobile)
    BMW maintient le cap de la croissance. Sur les 11 premiers mois de 2016, ses ventes ont grimpé de 6 % par rapport à la même période en 2015. Un rythme certes moins dynamique que par le passé, mais meilleur que celui des concurrents, atteint grâce à l’attractivité et l’étendue de la gamme, ainsi qu’à l’engouement pour les véhicules SUV (gamme X). L’exercice 2016 devrait dégager un bénéfice, malgré l’impact sur la rentabilité de la hausse des frais de personnel. A plus long terme, la puissance des marques du groupe (incluant aussi Mini et Rolls-Royce) soutiendra le chiffre d’affaires et le bénéfice. Le potentiel du cours n’est pas épuisé.

    Chevron (pétrole)
    La stratégie mise en place pour réduire les coûts, et s’adapter à la faiblesse des prix du pétrole, porte ses fruits. Elle permet de générer des liquidités et de réduire l’endettement. Mais aussi et surtout de préserver le dividende. En outre, le cours ne tient pas assez compte des espoirs qu’on peut nourrir quant à la poursuite de la (lente) remontée du prix du baril (grâce notamment à l’accord au sein de l’OPEP). L’action Chevron est une belle valeur solide.

    Cisco (technologie)
    Ces dernières années, malgré un ralentissement de la croissance du chiffre d’affaires, le groupe a su garder une confortable rentabilité, grâce à la maîtrise de ses coûts. Et ces prochaines années, la demande pour ses produits devrait se redresser, grâce aux nouveaux besoins en équipements de communications (e.a. 5G). En outre, le groupe détenant plus de 60 milliards de dollars sur des comptes à l’étranger, il pourrait être un des grands bénéficiaires d’une mesure évoquée par Trump : l’allégement fiscal sur le rapatriement de cash aux USA.

    Rio Tinto (mines)
    Le rebond du cours n’est pas terminé. L’action conserve un potentiel de hausse, grâce à la bonne orientation des prix des matières premières, lesquels sont soutenus autant par une demande chinoise accrue que par une anticipation de croissance de la demande américaine (vu l’annonce de grands travaux faite par Trump). Le groupe fait en outre de gros efforts pour générer plus de liquidités, en améliorant sa productivité et en cédant des actifs.

    CONSERVEZ

    ArcelorMittal (sidérurgie)
    Les réductions de coûts et le rebond des prix de l’acier permettent enfin à la rentabilité de se redresser. Par ailleurs, l’augmentation de capital réalisée au 1er trimestre 2016 rassure sur la solidité du groupe. Toutefois, même si le protectionnisme annoncé par Trump laisse espérer une hausse des prix de l’acier, les faiblesses dont souffre toujours le secteur (demande atone, surcapacités chroniques) nous empêchent de conseiller un achat.

    National Grid (électricité)
    En juillet 2016, le cours a atteint son sommet historique, grâce notamment au statut de valeur refuge du titre. Le groupe a en outre cédé ses actifs dans le gaz au Royaume-Uni. De quoi se focaliser sur des activités plus dynamiques (et distribuer un dividende exceptionnel en 2017). La baisse du cours accusée entre-temps ne rend pas le titre digne d’achat. Mais il vaut la peine d’être gardé en portefeuille, pour son caractère défensif et son rendement sur dividende (4,7% brut).

    Zurich Insurance (assurance)
    Le suisse a commencé à récolter le fruit des initiatives prises en 2015 pour améliorer ses marges. Mais compte tenu de la concurrence, il devait aller plus loin. Ce fut chose faite en février, avec l’annonce de l’accélération de la restructuration. De quoi soutenir le dividende ces prochaines années. Mais le cours tient compte d’une grande partie des bonnes nouvelles.

     

    Partagez cet article

  • Analyse
    Axa : l’action est exagérément sanctionnée il y a 10 mois - mardi 11 octobre 2016

    Axa reste sur le chemin de la croissance, en dépit d’un premier semestre difficile.

    Or, le rapport cours/bénéfice du titre est de 8, contre 11 ces cinq dernières années et 10 pour la moyenne du secteur de l’assurance. C’est une sanction injustifiée.
    Profitez du recul du cours. ACHETEZ.

     

    Axa réaffirme ne pas vouloir fusionner avec un grand concurrent et fait ainsi taire les rumeurs évoquant une fusion avec l’italien Generali. Une opération qui aurait impliqué un changement de stratégie pour Axa, qui a bâti sa croissance des dernières années sur de plus petites opérations. Plutôt que de consacrer de l’énergie à une fusion, nous trouvons plus pertinent qu’Axa cherche à améliorer ses performances internes. Et c’est bien sur celles-ci que le nouveau directeur général a insisté lors d’une récente rencontre avec des investisseurs. Pour atteindre les objectifs (à l’horizon 2020) en termes de croissance des profits et de rentabilité, la stratégie passe par le contrôle des coûts, des hausses de tarifs dans le non-vie, le renforcement dans l’assurance-santé etc….. Après le premier semestre difficile, c’est rassurant.

     

    Nous prévoyons un bénéfice par action de 2,20 EUR en 2016, 2,40 EUR en 2017 et 2,50 EUR en 2018.

     

    L’action garde sa place dans un portefeuille, notamment pour faire ses premiers pas en Bourse. Mais n’y consacrez que 5 % de vos investissements en actions individuelles.

     

    Cours au moment de l'analyse : 20,47 EUR

     

    Le groupe français Axa est un des leaders mondiaux de l’assurance, actif dans les assurances-vie, les assurances dommages (habitation …), la gestion d’actifs (fonds… ), la banque…

     

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 25,80 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 17,87 EUR
Code ISIN FR0000120628
Bourse Paris
Euronext non
Bêta 1,56
Volatilité 25,24 %
Nombre d'actions existantes 2.444.478.000
Capitalisation boursière (en milliards) 60,40 EUR
Secteur Secteur financier
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 162.517 EUR
Score corporate governance 4

Chiffres-clés par action (EUR)

2017 (e) 2016 2015 2014
Dividende 1,22 1,16 1,10 0,95
Bénéfice courant 2,50 2,30 2,19 1,95
Bénéfice net 2,50 2,30 2,19 1,95
Cash flow courant 0,00 0,00 0,00 0,00
Cash flow net 0,00 0,00 0,00 0,00
EBIT 0,00 0,00 0,00 0,00
EBITDA 0,00 0,00 0,00 0,00
Valeur comptable 37,70 36,42 34,03 25,76
Valeur comptable tangible 29,00 27,82 25,21 19,19

Performance (en euros)

Axa Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 3,76 % -3,92 % -2,05 %
Rendement sur 6 mois 13,28 % 0,65 % -6,97 %
Rendement sur 1 an 47,33 % 10,39 % 8,21 %
Rendement sur 5 ans 21,43 % 6,89 % 12,96 %

Ratios financiers de la société

2016 2015 2014 2013
Pay out 50,57 % 50,24 % 49,17 % 46,64 %
Current ratio - - - -
Return on equity 7,88 % 8,07 % 7,50 % 7,93 %
Total return on equity 7,88 % 8,07 % 7,50 % 7,93 %
Marge brute - - - -
Marge nette - - - -
Marge EBIT - - - -
Marge EBITDA - - - -
Taux d'imposition 29,15 % 23,53 % 26,25 % 24,56 %
Gearing - - - -
Fonds propres/total du bilan 8,50 % 7,89 % 7,82 % 7,31 %

Données boursières par action

2017 (e) 2016
Rendement de dividende 4,94 % 4,69 %
Cours/bénéfice courant 9,88 10,73
Cours/cash flow courant - -
Cours/valeur comptable 0,66 0,68
Cours/valeur comptable tangible 0,85 0,89
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 7,74 % -

(e) : estimation

Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer