News
CRH : des atouts en béton, mais… il y a 10 mois - mardi 6 décembre 2016
Certes, le groupe irlandais CRH, un des grands noms du secteur des matériaux de construction, est une entreprise qui ne manque pas d’atouts.
CRH : des atouts en béton, mais…

CRH : des atouts en béton, mais…

Mais le niveau actuel du cours intègre une bonne partie de ses qualités. Nous ne vous conseillons pas d’acheter le titre.
CONSERVEZ.

Une certaine volatilité

CRH, actif dans le ciment, le béton, l’asphalte, le gravier….réalise 45 % de son bénéfice en Europe, 50 % en Amérique du Nord et 5 % en Asie. En termes de chiffre d’affaires, il est le n°3 mondial du secteur derrière Lafarge Holcim et Saint-Gobain. Vu le poids des coûts fixes, peu compressibles, son résultat peut chuter ou rebondir en cas de moindre ou plus forte activité.

Une bonne stratégie

Les comptes de CRH se redressent, grâce à des réductions coûts, mais aussi à la meilleure santé du secteur de la construction. Sur 2016, son rendement sur fonds propres+ devrait atteindre 9 %, contre 5 % ces dernières années. Le groupe assure sa croissance, tant en développant ses activités existantes que par acquisitions (celles-ci étant prépondérantes). Et vu que la dette se réduit, d’autres rachats pourraient suivre ces prochaines années. En outre, le groupe gère bien son panel d’activités, en n’hésitant pas à céder les moins porteuses (p.ex. son activité dans les briques au Royaume-Uni).

Une forte dépendance

La rentabilité de CRH dépend beaucoup du secteur de la construction (et donc de la croissance économique). En Amérique du Nord, le secteur de la construction devrait rester bien orienté, tant dans le résidentiel (vu la faiblesse des taux et la santé du marché du travail), que dans les infrastructures (grâce au plan Trump). En Europe, il peut encore croître, mais faiblement, vu l’incertitude économique. Néanmoins, la capacité de CRH à relever ses prix sur ces marchés est limitée.

Nous tablons sur un bénéfice par action de 1,50 EUR en 2016, 1,80 EUR en 2017 et 1,90 EUR en 2018. Depuis janvier 2015, la hausse du cours est de 15 % (contre -9 % pour le Stoxx Europe 50) ; depuis janvier 2016, elle est de 54 % (Stoxx Europe 50 : -6 %). Il représente ainsi 17 fois le bénéfice par action prévu pour 2017 (contre 18 en moyenne ces 10 dernières années). Il inclut dès lors une grande partie des perspectives.

Cours au moment de l’analyse (en Bourse de Dublin) : 31,05 EUR

Partagez cet article