News
Vos placements en 2017 il y a un an - mardi 27 décembre 2016
Quelle stratégie adopter pour vos placements pour la nouvelle année ?
Vos placements en 2017

Vos placements en 2017

2016 n’a pas été de tout repos

Les incertitudes n’ont pas manqué en 2016 : questions sur l’ampleur du ralentissement économique chinois, Brexit et interrogations sur la construction européenne, élection de Donald Trump à la présidence des USA… Mais l’investisseur s’en sort plutôt bien. Les grandes économies n’ont pas connu d’accident majeur. Les banques centrales ont contribué, grâce aux taux bas, à stabiliser les économies occidentales. Et l’économie américaine, toujours bien orientée, a joué un rôle moteur.

Notre scénario pour 2017

Etats-Unis en forme
L’accession de Donald Trump à la présidence donnera un coup de pouce à l’économie américaine, via la réduction des taxations (si les mesures annoncées pendant la campagne sont bien appliquées...). La lente remontée du prix du pétrole, si elle se confirme, jouera aussi un rôle positif. Le plan d’investissement dans les infrastructures mettra par contre du temps à stimuler l’économie. Les taux à long terme continueront à remonter, mais à des niveaux qui ne pénaliseront pas (encore) l’économie.
Le marché tient déjà en partie compte des effets des mesures annoncées. La Bourse conserve une marge de progression, mais compte tenu de la jolie hausse des dernières années, ne consacrez pas plus de 10 % de votre portefeuille aux fonds d’actions américaines.

Zone euro à la traîne
La zone euro reste confrontée à ses problèmes récurrents : faible progression de la consommation, chômage élevé dans certains pays, commerce mondial peu dynamique. S’ajoutera en 2017 la hausse du prix du pétrole. Cette conjonction de facteurs défavorables pèsera sur les décisions d’investissements des entreprises et de consommation des ménages.
La zone euro restera à risque en 2017. Ses Bourses ne sont pas assez attractives pour y investir. Quelques actions individuelles de la zone euro conservent cependant nos faveurs.

Le Royaume-Uni face au Brexit
L’impact négatif de la sortie annoncée du Royaume-Uni de l’Union européenne se ressentira sur la croissance dès 2017, conséquence de l’incertitude qu’il génère auprès des entreprises et des consommateurs. L’impact du Brexit sur l’économie du pays devrait devenir neutre à partir de 2019.
Très internationales, les grandes entreprises installées au Royaume-Uni devraient peu souffrir du ralentissement économique. La Bourse britannique est moins volatile que celles de la zone euro. Les fonds d’actions qui investissent au Royaume-Uni peuvent représenter 15% de votre avoir.

Taux : la fin d’une époque ?
Aux USA, le dynamisme de l’économie et les mesures (attendues) de Donald Trump vont inciter la banque centrale américaine à relever ses taux directeurs. Les taux à 10 ans s’inscrivent déjà en hausse depuis quelques mois. Si cette hausse venait à contaminer l’Europe, ce serait une mauvaise nouvelle. Nous pensons cependant jusqu’ici que la hausse des taux sera modérée en Europe.
La remontée des taux longs de part et d’autre de l’Atlantique pèsera sur le cours des obligations. Restez à l’écart des obligations en euro et des obligations en dollar. Pour vos investissements en obligations, utilisez notre comparateur d’obligations.

Une stratégie d’investissement se conçoit sur plusieurs années. Les placements intéressants à détenir aujourd’hui sont ceux qui, à long terme, offriront une belle rentabilité. A condition que leur place dans votre portefeuille réponde à votre tolérance au risque et à votre horizon de placement (plus vous avez du temps devant vous, plus vous pouvez prendre de risque). Consultez notre stratégie de répartition des placements.

 

Partagez cet article