News
Les pendules ont été remises à l’heure pour H&M il y a 2 mois - jeudi 20 juillet 2017
Pour le réputé groupe suédois, la croissance de l’activité a été mal maîtrisée.

Depuis quelques semestres, cela pèse sur le cours (sur les 12 derniers mois, la chute est de 17%). Faut-il miser sur un prochain rebond de cette action ?
Nous ne le pensons pas. Restez à l’écart ou vendez.

Un marché qui évolue

Le groupe suédois de prêt-à-porter H&M a certes fondé sa réputation sur sa capacité d’adaptation rapide aux évolutions de la mode, à un prix raisonnable. Mais après des décennies de succès, il est en phase de décélération. En cause, l’évolution des priorités de consommation de ses clients (diversification des loisirs), une concurrence de plus en plus affûtée (Zara reste plus flexible) et la concurrence du commerce en ligne (en plein essor).

Des résultats qui ralentissent

Au premier semestre de l’exercice en cours (décembre 2016 à mai 2017), par rapport à un an plus tôt, le chiffre d’affaires a crû de 5% (en devises locales). Mais il y a quelques années, le taux de croissance de l’activité dépassait 10% l'an. Le bénéfice par action a gagné 5,9%. Mais la marge opérationnelle marque le pas (11% contre 11,3% un an plus tôt et 18% en 2012 !). Malgré l’augmentation du nombre de magasins (+91% de 2012 à2016), le bénéfice par action peine à augmenter sensiblement.

Des remèdes difficiles

Pour coller au plus près à l’évolution de son marché, le groupe veut renforcer ses investissements. Mais les marchés sont sceptiques. Ils ne comptent pas sur une réelle amélioration à moyen terme de la gestion logistique (tous les échelons, de la production à la livraison au client), ils craignent ainsi une hausse des stocks disponibles et donc des soldes forcées. L’équilibre sera aussi difficile à trouver entre le développement des magasins physiques et celui de la présence online. La rentabilité restera probablement sous pression.

Un cours qui se corrige

Pas étonnant que le cours ait nettement régressé ces derniers mois, passant de 360 SEK en février 2015 (très exagéré) à 218,50 SEK aujourd’hui. Le dividende offre certes un rendement très satisfaisant (4,4% brut), mais il n’est pas à l’abri d’une réduction. Et, malgré la baisse du cours, l’action nous paraît plus que correctement valorisée, compte tenu des défis qui attendent le groupe et des autres caractéristiques financières (bénéfice, cash-flow, valeur comptable).

Cours au moment de l’analyse : 218,50 SEK

 

Partagez cet article