Roularta

BE0003741551
Alertes
Ajouter au portefeuille
22,60 EUR 20/04/2018 17:35 Bruxelles
0,60 EUR (2,73 %) Variation depuis la dernière clôture
14,49 27,50  52 semaines min max
-15,32 % Rendement sur 1 an
15,91 % Rendement de dividende
Tous les détails

Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    Roularta a clôturé 2017 dans le rouge il y a un mois - lundi 5 mars 2018
    La perte est plus lourde que prévu.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Roularta se lance dans les magazines féminins il y a 3 mois - mercredi 17 janvier 2018
    Le groupe acquiert les éditions belges pour femmes du finlandais Sanoma.

    Simultanément, il annonce aussi que son résultat de 2017 sera dans le rouge.
    L’action reste chère et très risquée.
    VENDEZ.

    Consolidateur

    Roularta poursuit ses emplettes, avec ses liquidités issues de la vente de ses activités télévisuelles Medialaan (effective d’ici la fin du 1er trimestre 2018). Après avoir acquis 50% de Mediafin (L’Echo et De Tijd), il s’offre la dizaine de magazines féminins belges du finlandais Sanoma (Flair, Gaël, Libelle Femmes d’Aujourd’hui,...), un ensemble de titres générant 78 millions d’euros de chiffre d’affaires par an. Sanoma souffre du recul des recettes publicitaires (le marché a reculé de 10% en 2017), est en plein turnaround et cède des actifs. En paiement de son acquisition, Roularta cédera à Sanoma ses titres dédiés à l’habitat et versera 33,7 millions d’euros. Un prix raisonnable au vu des marges opérationnelles issues de ces magazines (7%).

    2017 dans le rouge

    Roularta souffre toujours du recul des rentrées publicitaires, qui affecte son chiffre d’affaires et ses marges, lesquelles sont au final réduites à néant par la hausse des coûts (nouveaux projets). Au 1er semestre, le bénéfice était déjà faible (-91,5% par rapport à un an plus tôt, à 0,10 EUR par action). Pour le 2nd semestre, ce sera pire. Pour l’ensemble de 2017, même le résultat opérationnel sera dans le rouge.

    Et après ?

    En 2018, hors éléments non récurrents, le résultat risque d’être à peine à l’équilibre. Compte tenu de la plus-value à encaisser sur la vente de Medialaan (11,60 EUR par action !), il sera dans le vert. A partir de 2019, les charges se réduiront (plus de dettes et fin d’un coûteux contrat de leasing). Roularta poursuit donc une stratégie visant clairement, comme d’autres groupes de presse étrangers, à améliorer sa rentabilité, grâce aux économies d’échelle dégagées des acquisitions (en régie publicitaire, imprimerie, site internet). Un pari loin d’être gagné selon nous, vu que les recettes publicitaires s’enfuient de plus en plus vers Google, Facebook, etc. Aussi, même si Roularta parvient à ramener sa marge opérationnelle vers 7%, nous ne voyons pas le bénéfice par action 2019 dépasser 1,15 EUR.

    Cours au moment de l’analyse : 23,80 EUR

    Partagez cet article

  • Analyse
    Roularta tourne la page de ses activités TV et radio il y a 6 mois - mardi 3 octobre 2017
    Il vend sa participation dans Medialaan.

    Roularta va vendre à De Persgroep sa participation de 50% dans Medialaan (VTM,2BE,QMusic,...). Simultanément, il rachètera à De Persgroep 50% des parts du groupe Mediafin (L'Echo et deTijd), qu’il détiendra ainsi conjointement avec le groupe Rossel (Le Soir, Sudpresse…). L’opération renforcera significativement sa trésorerie. Mais le secteur restant en proie à de aves difficultés, profitez du rebond du titre.
    VENDEZ.

    Triple problème

    Le secteur de la TV, dépendant pour l'essentiel de la publicité, souffre d’un triple problème. Primo, le public délaisse de plus en plus la TV classique, au profit de Netflix, Youtube, etc; or, c’est le volume d’audience qui incite les annonceurs à dépenser. Deuzio, pour récupérer l’audience, les producteurs misent sur l’exclusif (séries TV…) et le direct (sport…); cela fait grimper les coûts et cela pèse sur la rentabilité. Tertio, le marché publicitaire stagne ou recule (-5,2% au 1er semestre), les annonceurs migrent toujours plus vers internet (qui absorbe déjà 27% de la manne publicitaire belge) et plus de 50% des budgets confiés à internet sont captés par les géants du secteur (Google, Facebook). Pour faire le poids, les producteurs TV doivent penser aux fusions ou acquisitions. Mais Roularta n’en avait pas les moyens.

    Avenir peu séduisant

    En cédant l’activité TV, Roularta se sépare de son activité la plus rentable (70% du bénéfice 2016). Au final, malgré la reprise des 50% de Mediafin, dont la rentabilité est pourtant trois fois plus élevée que celle de l’activité médias imprimés de Roularta en 2016, le bénéfice va baisser. Et le marché de la presse écrite reste très difficile : les acteurs chercheront encore un bon moment quel business model adopter, comment bien s’adapter au digital etc.

    Ne prenez pas le risque

    Bien que Mediafin soit payé au prix fort, la double transaction va fournir une manne de cash à Roularta (sa trésorerie nette atteindra ±14 EUR par action !). De quoi effacer le problème de sa dette et réduire l’urgence de restructurations. Que va-t-il faire de ce cash ? Le CEO a déclaré qu’un retrait de la cote n’était pas envisagé. De notre côté, nous ne croyons pas à une restitution aux actionnaires. Des acquisitions ou rapprochements, combinés à des investissements dans le digital, semblent les plus vraisemblables. Mais à quel prix ? Et avec quel succès ? Ne prenez pas le risque d’en attendre le résultat...

    Cours au moment de l’analyse : 20,45 EUR

    Roularta est un groupe de média belge actif dans la presse écrite (De streekkrant, Trends, Le Vif/L’Express…; 60% du chiffre d’affaires) et jusqu’ici dans l’audiovisuel (34%) via VMMa détenu avec De Persgroep (VTM, 2BE, Q-music); le groupe ayant vendu ses activités françaises, il est recentré sur la Belgique (85% de ses ventes actuelles).

    Partagez cet article

  • Analyse
    Le résultat semestriel de Roularta confirme que nous avions raison de douter il y a 8 mois - vendredi 25 août 2017
    Le marché s’était montré trop optimiste depuis la mi-2015, quand le groupe s’était séparé de ses activités françaises en perte.

    Le groupe souffre amèrement des difficultés structurelles du secteur et de l’évasion des revenus publicitaires vers internet.
    VENDEZ.

    Semestre désolant

    Après un résultat 2016 sans grand relief, le 1er semestre 2017 n’incite pas à l’optimisme. Les ventes ont encore perdu 3%. Sur base comparable, elles reculent aussi bien les médias imprimés que les activités audiovisuelles. Et les coûts ont grimpé (investir dans le numérique, produire du contenu TV local pour attirer les annonceurs…). Conséquence : la marge opérationnelle est passée de 11,3 à 2,6% et le bénéfice a chuté de 91,5% à 0,10 EUR par action !

    Le poids de la pub

    Certes, le revenu des abonnements aux médias imprimés (21,4% du chiffre d’affaires) ne cesse de se contracter (-3% au 1er semestre). Mais le nœud du problème, c’est le revenu de la publicité (annonces dans la presse, spots TV/radio; 58,3% du chiffre d’affaires). Les annonceurs se tournent de plus en plus vers internet et ne relèvent pas leur budget publicitaire (globalement, au 1er semestre, celui-ci a même reculé de 5,2%). Et le gros est capté par les géants du net (Google…). Pour l’heure, en Belgique, internet absorbe déjà 27% des investissements publicitaires. Il y reste donc encore derrière la TV (33%). Mais ce n’est déjà plus le cas en Europe : depuis 2015, internet y dépasse la TV (37% des budgets 2016). Chez Roularta, 9% seulement du revenu publicitaire provient du net !

    Encore réduire les coûts ?

    D’une part, le groupe s’avère incapable de tirer parti de la réorientation des budgets publicitaires. D’autre part, il a lancé des initiatives (téléphonie via Mobile Vikings, plateforme e-commerce Storesquare, service marketing Digilocal, Stievie…). Elles nécessitent des investissements qui pèseront un bon moment encore sur le bénéfice. De nouvelles réductions de coûts nous semblent dès lors inévitables.

    Bouffée d’air en vue ?

    En 2019, un couteux contrat de leasing prendra fin et les charges financières baisseront. Cela devrait profiter à la rentabilité. Mais d’ici là, les défis structurels ne seront pas évaporés et les temps resteront durs. Nous misons pour 2017 et 2018 sur des bénéfices par action de moins de 0,50 EUR.

    Cours au moment de l’analyse : 17,61 EUR

    Roularta est un groupe de média belge actif dans la presse écrite (De streekkrant, Trends, Le Vif/L’Express…; 60% du chiffre d’affaires) et l’audiovisuel (34%) via VMMa détenu avec De Persgroep (VTM, Kanaaltwee, Canal Z/Kanaal Z, Q-music); Après la vente des activités françaises qui représentaient plus de 25 % de ses ventes, le groupe est désormais recentré sur la Belgique (85% de ses ventes actuelles).

    Partagez cet article

  • Analyse
    Roularta annonce une baisse de ses rentrées publicitaires il y a 11 mois - lundi 22 mai 2017
    Le marché se transforme.

    L'action est chère.
    VENDEZ.

     

    Roularta a annoncé pour les quatre premiers mois de l’année un recul de 5 à 10% de ses rentrées publicitaires belges. De quoi confirmer nos craintes sur les modifications structurelles du marché. Nous réduisons nos prévisions.

     

    Cours au moment de l'analyse : 25,50 EUR

     

    Roularta est un groupe de média belge actif dans la presse écrite (De streekkrant, Trends, Le Vif/L’Express…; 60 % du chiffre d’affaires) et l’audiovisuel (34 %) via VMMa détenu avec De Persgroep (VTM, Kanaaltwee, Canal Z/Kanaal Z, Q-music); Après la vente des activités française qui représentaient plus de 25 % de ses ventes, le groupe est désormais recentré sur la Belgique (85% de ses ventes actuelles).

     

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 27,50 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 14,49 EUR
Code ISIN BE0003741551
Bourse Bruxelles
Euronext oui
Bêta 1,17
Volatilité 36,06 %
Nombre d'actions existantes 13.141.120
Capitalisation boursière (en milliards) 0,29 EUR
Secteur Médias et loisirs
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 100 EUR
Score corporate governance 5

Chiffres-clés par action (EUR)

2018 (e) 2017 (e) 2016 2015
Dividende 3,50 0,00 0,35 0,37
Bénéfice courant 11,60 -0,87 1,72 5,15
Bénéfice net 11,60 -0,87 1,72 5,15
Cash flow courant 1,37 0,24 2,47 5,32
Cash flow net 1,37 0,24 2,47 5,32
EBIT 0,83 -0,96 0,53 2,51
EBITDA 1,60 0,15 1,30 2,68
Valeur comptable 22,05 15,45 17,24 16,11
Valeur comptable tangible 22,05 15,45 17,24 16,11

Performance (en euros)

Roularta Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois -5,98 % -4,72 % -5,26 %
Rendement sur 6 mois 4,84 % -1,84 % 0,77 %
Rendement sur 1 an -15,32 % 1,25 % -0,19 %
Rendement sur 5 ans 12,62 % 6,02 % 12,87 %

Ratios financiers de la société

2017 (e) 2016 2015 2014
Pay out - 29,18 % 9,71 % -
Current ratio - 1,35 1,12 1,16
Return on equity - 9,94 % 31,96 % -97,70 %
Total return on equity - 9,94 % 31,96 % -99,44 %
Marge brute - - - -
Marge nette - 7,28 % 22,13 % -47,58 %
Marge EBIT - 2,40 % 10,81 % 1,31 %
Marge EBITDA - 5,82 % 11,52 % 5,64 %
Taux d'imposition - -0,36 % -253,77 % -
Gearing - 26,40 37,25 56,85
Fonds propres/total du bilan - 49,14 % 45,20 % 27,34 %

Données boursières par action

2018 (e) 2017 (e)
Rendement de dividende 15,91 % 0,00 %
Cours/bénéfice courant 1,90 -
Cours/cash flow courant 16,06 91,67
Cours/valeur comptable 1,00 1,42
Cours/valeur comptable tangible 1,00 1,42
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 4,24 % -

(e) : estimation

×
Dites-nous ce que vous pensez
roularta
Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer